Association Autrement / Côte d'Or / Dijon / Troubles du comportement alimentaire, anorexie mentale, boulimie

Espace e-Learning / TCare
bas de page

Anorexie, boulimie, compulsions alimentaires : l'association peut vous aider à voir les choses Autrement

Anorexie mentale et boulimie
Définition, symptômes et maladies associées Causes et mécanismes Descriptions et complications
Dénutrition dans l'anorexie mentale et la boulimie Facteurs pronostiques dans l'anorexie mentale Hyperactivité physique, anorexie mentale et boulimie Les paradoxes dans l'anorexie mentale et la boulimie Ostéoporose dans l'anorexie et la boulimie Perte des règles, fécondité et troubles du comportement alimentaire Peut-on déceler tôt une anorexie, une boulimie ou des compulsions alimentaires Qualité de vie dans l'anorexie mentale et la boulimie Qualité de vie dans l'anorexie et la boulimie Sommeil et troubles du comportement alimentaire Syndrome de Raynaud dans l'anorexie mentale TOC et TCA Troubles des règles et troubles du comportement alimentaire
Etudes scientifiques Traitement Autour des TCA
Obésité et compulsions alimentaires Diététique & Nutrition

TOC et TCA


TOC et TCA

Pr Daniel RIGAUD, Dijon

L'anorexie mentale, la boulimie et la compulsion, mais aussi l'orthorexie et le mérycisme sont souvent associés aux TOC. Les troubles obsessionnels et compulsifs (TOC) sont des troubles de nature mentale (ils font partie des diagnostics d'ordre psychiatrique) caractérisés par un besoin compulsif de faire et refaire la même chose tout au long de la journée.

Il y a donc à la fois des obsessions, c'est-à-dire des pensées envahissantes et stéréotypées, et un besoin de répéter sans cesse des comportements, souvent ritualisés, contre toute logique, tout au long de la journée.

Les adultes qui souffrent de TOC ont conscience que ce qu'ils pensent ou font est anormal, mais ils ne peuvent pas s'en empêcher : « C'est quelque chose qui se fait dans ma tête, je ne peux pas m'y soustraire ». C'est en ceci qu'on parle de comportement compulsif.

1. Types de TOC

Il existe différents types de TOC :

  1. Les TOC de vérification (80%) : on va vérifier que la lumière est éteinte, que le gaz est fermé 40 fois par jour sans que ça rassure.
  2. Les TOC de lavage, ménage (46%) : on nettoie, on se lave, on passe l'aspirateur avec l'idée obsessionnelle de lutter contre la saleté 10 fois par jour.
  3. Les TOC de rangement : on vide le placard et on remet de l'ordre dans la pile des chemisiers, tee-shirts, pantalons 10 fois par jour, sans raison évidente ("c'était mal rangé !") et sans que ce soit suffisant.
  4. Les TOC de comptage (46%) : on compte dans sa tête tout le temps (2+2=4, 4+4=8,8+8=16…), on compte les rainures sur le trottoir, on compte tout et n'importe quoi tout le temps.
  5. Et bien sûr, en cas de TCA, les TOC avec rituels alimentaires (de loin pas tous les malades) : on fait des petits tas dans l'assiette pour pouvoir manger, on compte les grains de riz dans l'assiette, on se lave les mais 20 fois par jour pour pouvoir manger…

2. TOC et TCA

Les TOC sont fréquents en cas de TCA, que ce soit l'anorexie mentale, la boulimie, la compulsion ou les autres TCA.

On admet que la moitié des malades souffrant d'anorexie mentale ou de boulimie en ont un, ou en ont eu un (sur l'ensemble de leur vie). On admet que 25 % des malades TCA ont ou ont eu un TOC "significatif et durable". Dans notre statistique, c'étaient 55 % des malades qui signalaient avoir ou avoir eu des TOC, un peu plus en cas d'anorexie restrictive (46 %) et d'AM-boulimie (42 %) que de boulimie (35 %). Un tiers de ces malades avec TOC étaient allés consulter pour TOC (18 %).

Dans une étude française d'un grand service de psychiatrie-TCA (Institut Montsouris, Paris), les malades souffrant d'anorexie avaient ou avaient eu 2 fois plus de TOC que les malades souffrant de boulimie (17-24 % versus 6-9 %). Il n'y avait pas de différence de fréquence de TOC entre anorexie restrictive et anorexie-boulimie.

Dans l'ensemble de la littérature scientifique, on trouve des chiffres assez semblables : de 19 à 69 % des malades souffrant d'anorexie mentale, avec la même fréquence de TOC pour la forme restrictive et boulimique, ont en ce moment des TOC, ou ont eu des TOC, alors que seulement 9 à 35 % des malades souffrant de boulimie en ont.

En cas de TCA, les TOC les plus fréquents (la moitié des cas de TOC) sont ceux de rangement et de ménage.

3. TOC et TCA : mécanismes en cause

3.1. L'anxiété

Les TOC, en général, sont très liés à l'anxiété. La plupart des personnes qui souffrent de TOC sont hyper-anxieuses. Pour les psychologues, les TOC sont une forme d'anxiété.

On voit donc pourquoi, entre autres, les TOC sont plus fréquents en cas de TCA, puisqu'au moins la moitié des malades atteints de TCA sont anxieux : selon les équipes médicales et les groupes de patients, près de la moitié des malades souffrant d'anorexie sont anxieux (anxieuses) et de 30 à 65 % des malades souffrant de boulimie sont anxieux.

En tout cas, de nombreux malades se voient prescrire des médicaments anxiolytiques.

3.2. Le besoin de contrôle

Parmi les caractéristiques des malades souffrant d'anorexie mentale, de boulimie et de compulsion, on trouve l'excès de perfectionnisme, la manque de confiance en soi, le sentiment d'impuissance et surtout la psychorigidité et le besoin de contrôle, toutes pensées qui sont très liées avec les TOC.

3.3. La psychorigidité

Il faut entendre psychorigidité ici comme la pensée anxieuse que, si les choses ne sont pas comme on pense qu'elles devraient être, ça va mal aller, il arrivera quelque chose de mauvais. Les personnes qui souffrent de psychorigidité manquent de souplesse, aussi bien en groupe, en famille, au bureau ou entre ami(e)s. Elles ont du mal à prendre en compte l’opinion des autres et peinent à évoluer. Derrière la psychorigidité, il s’agit de se rassurer en contrôlant son territoire et en imposant sa marque. Cette psychorigidité induit aussi un besoin de stabilité et de répétition immuable des choses et des situations. Elle pourrait expliquer, par exemple, la fréquence des troubles obsessionnels et compulsifs (TOC) dans les TCA (au moins 20 à 25 % des cas). Cette psychorigidité est également responsable d’une angoisse face au changement, voire d’une peur panique de l’avenir

4. TOC et TCA : rapports temporels

Le plus souvent, le TOC précède, dans l'anorexie et la boulimie, le trouble alimentaire : chez 50 à 65 % des malades, le TOC était en place avant que commence le premier TCA.

5. Les traitements

La thérapie cognitivo-comportementale, la PNL et la thérapie de pleine conscience sont assez efficaces contre les TOC : elles permettent une amélioration nette chez la moitié des malades.

Les antidépresseurs sérotoninergiques (inhibiteurs de la recapture de la sérotonine) augmentent le taux de sérotonine disponible dans le cerveau, ce qui a un effet "anti-pulsion".

Enfin, la stimulation cérébrale profonde (sous anesthésie générale) et la stimulation magnétique ciblée ont, semble-t-il, fait des débuts prometteurs dans le traitement des TOC. Ces techniques plutôt invasives sont actuellement réservées aux cas les plus graves.

Figure 1 : Fréquence des TOC en cas d'anorexie, de boulimie et de coimpulsion

 

 

Publié en 2017