Association Autrement / Côte d'Or / Dijon / Troubles du comportement alimentaire, anorexie mentale, boulimie

Espace e-Learning / TCare
bas de page

Anorexie, boulimie, compulsions alimentaires : l'association peut vous aider à voir les choses Autrement

Anorexie mentale et boulimie
Définition, symptômes et maladies associées Causes et mécanismes Descriptions et complications
Dénutrition dans l'anorexie mentale et la boulimie Facteurs pronostiques dans l'anorexie mentale Hyperactivité physique, anorexie mentale et boulimie Les paradoxes dans l'anorexie mentale et la boulimie Ostéoporose dans l'anorexie et la boulimie Perte des règles, fécondité et troubles du comportement alimentaire Peut-on déceler tôt une anorexie, une boulimie ou des compulsions alimentaires Qualité de vie dans l'anorexie mentale et la boulimie Qualité de vie dans l'anorexie et la boulimie Sommeil et troubles du comportement alimentaire Syndrome de Raynaud dans l'anorexie mentale TOC et TCA Troubles des règles et troubles du comportement alimentaire
Etudes scientifiques Traitement Autour des TCA
Obésité et compulsions alimentaires Diététique & Nutrition

Syndrome de Raynaud dans l'anorexie mentale


Pr Daniel RIGAUD - Président d'Autrement

Le syndrome de Raynaud est une altération des extrémités, mains et pieds, au froid : sous l’influence de la baisse de la température extérieure, les doigts des mains et des pieds deviennent violets et font un peu mal ; au stade d’après, ils blanchissent fortement et une forte douleur apparaît, qui s’apparente à une brûlure.

Au fil des années, cette affection peut conduire à des érosions et même à des déformations des doigts. Le « vrai » syndrome de Raynaud, celui qui a été décrit par le chercheur du même nom, est lié à un auto-anticorps dirigé contre une protéine du sang : l’auto-anticorps fait « coaguler » cette protéine lorsqu’il fait froid. La protéine coagulée (elle coagule comme coagulent celle du lait dans la casserole) bouche les petits vaisseaux des doigts. Chaque médecin qui a l’habitude de suivre des malades anorexiques a rencontré un syndrome de Raynaud chez certaines d’entre elles. Est-ce une coïncidence ? Sinon, pourquoi y a-t-il ce Raynaud dans l’anorexie mentale ?

1. Pourquoi ce Raynaud dans l'anorexie mentale ?

L’anorexie mentale est une maladie chronique qui induit un amaigrissement et une malnutrition. A force de réduire son alimentation, la malade maigrit, souvent de façon colossale. Son poids devient très faible, très en dessous du minimum. En perdant du poids, la malade perd notamment beaucoup de masse grasse. Or, une partie de la masse grasse de notre corps est située sous la peau : elle protège notre corps de la fuite de la chaleur vers l’extérieur au travers de la peau (la masse grasse est un isolant). De plus, la peau sécrète des matières grasses (des acides gras). Ce sont ces acides gras qui « font » notre odeur. Cette sécrétion d’acides gras a pour but de nous protéger : elle donne à la peau sa douceur, son caractère glissant et non mouillant qui protège le tissu cutané des agressions mécaniques.

La malade anorexique a perdu une grande partie de ce revêtement cutané protecteur. Le sang qui circule sous la peau est donc plus et plus souvent au contact du froid extérieur.

Dans la mesure où les apports caloriques (énergétiques) sont très insuffisants et parce que les apports de matières grasses sont réduits à presque rien, la peau (et d’ailleurs tous les tissus) est incapable de fabriquer cette sécrétion « grasse » qui la protégeait : c’est pourquoi elle devient sèche.

Enfin, le corps de la malade amaigrie cherche à faire des économies d’énergie, faute d’avoir ce qu’il lui faut pour fonctionner. Il diminue la température interne (c’est pourquoi les malades ont tout le temps froid) et coupe la circulation aux extrémités. Or, au bout des doigts, au niveau des deux dernières phalanges, il y a des réseaux très fins et très denses de capillaires qui « connectent » petites artères et petites veines. Pour se préserver, le corps coupe la circulation dans ces réseaux, emprisonnant le sang veineux qui y est (c’est pourquoi les doigts de ces malades anorexiques sont violets). Ici, ce n’est pas une protéine qui coagule du fait d’un auto-anticorps comme dans le « vrai » syndrome de Raynaud, mais plusieurs protéines qui coagulent de froid, tout simplement. Ce « pseudo-syndrome de Raynaud » touche 15 % des malades après 5-10 ans d’évolution de la maladie. Il frappe jusqu’à 60 % des malades qui sont restées depuis plus de 5 ans a un indice de masse corporelle (IMC) inférieur à 13 kg/m2.

A la longue, au bout de 5 à 10 ans, les lésions sont irréversibles : les réseaux de capillaires en question sont altérés, gonflés et le sang y circule mal. Ceci stimule des facteurs de croissance osseux locaux qui active la fabrication d’os au pourtour des articulations. C’est ce qui explique que les doigts de ces malades deviennent « boudinés », alors que la patiente, très maigre, devrait avoir des doigts très fins.

Le « pseudo-syndrome » de Raynaud de l’anorexie mentale est une des rares complications de la maladie qui, avec l’ostéoporose, ne guérit pas toujours lors de la normalisation du poids et la guérison de l’anorexie. Ce sera, chez certaines malades, heureusement assez rares, une séquelle de la maladie.

 

Publié en 2013