Association Autrement / Côte d'Or / Dijon / Troubles du comportement alimentaire, anorexie mentale, boulimie

Espace e-Learning / TCare
bas de page

Anorexie, boulimie, compulsions alimentaires : l'association peut vous aider à voir les choses Autrement

Formations continues professionnels de Santé Qui sommes-nous ? Contactez-nous Bibliographie et glossaire des TCA Témoignages
Vos témoignages
Anorexique, qui a dit ça ? J'aurais décidé de guérir de l'anorexie Rouler vers la guérison de l'anorexie : chacune dans sa voiture Témoignage anorexie : un dimanche comme les autres, ou presque ! L'arc-en-ciel de la vie La relation à l'autre Lettre à une petite anorexique Les maux des mots Promesses carnivores Une longue traversée Un papillon né pour la vie
Articles de presse Anorexie mentale : au-delà des apparences
Étudiants : l'anorexie et la boulimie, pour vos T.P.E. Nos plaquettes d'aide et de conseils Rejoignez-nous et devenez membre Je fais un don maintenant Adresses Web utiles Annuaire des thérapeutes à l'étranger

Témoignage anorexie : un dimanche comme les autres, ou presque !


1. Mes mots qui tuent dans l'anorexie !

« Tu as tout pour être heureuse », « Arrête de gâcher ta vie », « Cesse d’entretenir les problèmes », « Arrête d’accumuler les déceptions », « Ne vois que les bons côtés des choses, des gens, des événements », « Fais comme si ». Mais comme si quoi ? Non je ne peux pas, non je ne veux plus, non je ne peux plus.

2. Où l'anorexie conduit

On sait où cela conduit… au fond d’un gouffre de solitude, d’isolement, quitte à m’isoler définitivement, à tourner le dos à la vie… Non je ne veux pas changer le monde, changer les gens, changer mes proches même distants… C’est à moi de changer. Apprendre des nouveaux mots : ressentir, communiquer… Modifier mes comportements : ne plus faire semblant ni m’enfuir ou m’isoler…

Dépression, endométriose, anorexie… ou comment communiquer sur son mal être. Faute de mots, les maux se sont mis successivement à apparaître. Mon corps a parlé. Mon corps a dérangé. Maladies silencieuses, honteuses ou encore pures inventions de ma part, j’ai dévié de la ligne droite sur laquelle on me prédestinait à marcher au départ.

Entre atroces souffrances physiques et terribles errances psychiques, j’ai vacillé pendant trop d’années, complètement isolée. Indemne, je crois que jamais je n’en sortirai. Tout ce qui ne tue pas rendrait plus fort ?

3. Cette âme de petite fille qui loge en moi, pourrait-elle alors grandir encore ?

Vers moi, de nouvelles mains se sont tendues.. Ecoute, chaleur, douceur... un monde nouveau m’est apparu. J’ai commencé à libérer la tristesse pendant si longtemps accumulée. A évacuer les douleurs depuis si longtemps ancrées. Au creux d’une épaule, j’ai même trouvé le droit de et l’endroit pour pleurer... Au fond de moi, c’est cette petite fille qui déverse son trop plein de larmes. Douleurs, tristesses, solitudes sont trop de souffrances pour une seule et même âme.

Les traumatismes subis résonnent toujours et encore, alors que des années se sont écoulées depuis lors. Aujourd’hui l’équilibre est fragile. Tant bien que mal je poursuis mes efforts pour m’éloigner de ce qui résonne encore, pour panser mes plaies qui ne parviennent pas à cicatriser. J’ai peur de la suite car peur de souffrir. Peur que mon corps ne me lâche encore et vienne à me trahir. Souffrir une fois de plus suffirait à me faire fuir. Mais je ne cesse de m’accrocher car nombreux sont ceux qui me font croire en l’avenir.

Texte écrit par Delphine

Publié en 2010