Association Autrement / Côte d'Or / Dijon / Troubles du comportement alimentaire, anorexie mentale, boulimie

Espace e-Learning / TCare
bas de page

Anorexie, boulimie, compulsions alimentaires : l'association peut vous aider à voir les choses Autrement

Anorexie mentale et boulimie Obésité et compulsions alimentaires Diététique & Nutrition
Nutriments Aliments Alimentation
Alimentation de l'adolescent Alimentation de la petite enfance : une étape déterminante Alimentation de la personne âgée Alimentation et neuromédiateurs cérébraux Causes sociétales des troubles alimentaires Comportement alimentaire Comportement alimentaire de l'enfant Déterminants de nos choix alimentaires Manger aujourd'hui Manger au 21ème siècle Le petit déjeuner L'enfant mangeur piégé et écartelé par l'hypermodernité Les parents, des modèles Notre alimentation Pourquoi mangeons-nous ? Règles de l'équilibre alimentaire chez l'adulte Régime sans gluten Restriction volontaire : ce que nous apprend l'expérience de Keys ? Risque d'ostéoporose et alimentation chez les jeunes Systèmes de récompense Une histoire alimentaire pour les 10-14 ans
Autour du poids Maladies de la nutrition

Une histoire alimentaire pour les 10-14 ans


Dans le gris bleu d'un morne ciel

Enzo a 13,5 ans. Gros travailleur, il adore aussi les jeux vidéos. Au collège, il assure : il a vraiment de bonnes notes. Ça pourrait lui faire une force tranquille.

Mais c’est aussi un adolescent angoissé qui a toujours l’impression de ne pas travailler assez, de n’être jamais aimé pour ce qu’il est. Plus cassé par les mauvaise notes que rassuré par les bonnes !

Il pratique le « skate » et le vélo cinq fois par semaine. Il rêve que Zoé, une fille de la 4ème C2,  s’intéresse à lui, mais pour rien au monde il ne le dirait. Il la suit de loin à la récré. Il est souvent un peu triste ; il a une vague solitaire qui lui balaie l’âme.

C’est un gros mangeur : « j’adore manger, c’est tout, foutez moi un peu la paix », dit-il à ses parents qui lui reprochent d’avoir toujours quelque chose à la bouche. « Ça serait pire si je fumais, non ! », répond-il acerbe. Si ses parents pouvaient un peu y comprendre quelque chose, ça l’aiderait à vivre parfois. Surtout son père !
 
Aujourd’hui, c’est mardi. Ce n’est pas ce qu’on fait de mieux dans la semaine. Trois heures de maths, pas toujours évident à comprendre, deux heures d’histoire à se faire la malle dans les rêves, quitte à se faire pincer. Beaucoup de devoirs aussi pour demain. C’est pas un bon jour !

Le réveil sonne à 8 h, et la cloche à 8h30 : la bourre ! Aujourd’hui, c’est « bouffe vite fait »… obligé. Jour sombre, où il ne voit que rarement Zoé. Il file, à peine le temps de s’habiller, après un petit verre de jus d’orange. A la récré, vers 10h30, il a faim : il boit un soda au distributeur et engloutit une barre au chocolat : pratique, ce truc, ça le fait !

A 12h30, il rentre en courant chez lui, pour manger. Enfin, manger, c’est un grand mot. Sa mère travaille, depuis que son père est parti avec une autre femme. La maison est vide et des ondes de tristesse la parcourent. La porte résonne quand il la claque. Il ouvre la porte du réfrigérateur : rien qu’il puisse faire dans les 30 minutes qu’il a ! Il fonce vite fait à sa chambre avec un sandwich fait de quatre tranches de saucisson entre deux grosses tranches de pain de mie tartinées de beurre et la canette de soda. D’un clic, il est sur internet, « Warcraft » oblige. Une petite partie pour oublier que la vie est « relou » souvent. Un clic pour une pause : la faim tenaille ; il prend un « magnum » au congélateur : la crème glacée coule dans sa gorge… un mur qui se délite, lui semble-t-il ! Mais c’est l’heure de repartir au bahut.

A 17h30, il quitte le collège. Dure journée… comme prévu. Il ne l’a pas vue et ça rend plus gris les nuages bas. Il rentre vite : pas le temps de tchatcher avec les potes. Pas vraiment envie non plus. Il se met au boulot. Le devoir de physique lui pose un problème : la physique, c’est toujours ça pour lui, cette difficulté à accepter ses limites. Ne pas comprendre tout de suite le déstabilise. Trois barres de céréales et un soda plus tard, papiers d’emballage et canettes par terre, à côté de la poubelle, le voici devant la porte du réfrigérateur : il hésite et seule la pensée informulée de ne pas perdre de temps dans son travail lui fait choisir ces 80 g d’emmental (un quart de paquet) et le quart d’une baguette (50-60 g) de pain de la veille. Un petit verre de « yaourt à boire » la dessus, à même la bouteille. Vite, je m’y remets, le boulot n’attend pas.

Il a comme une larme, au coin de l’œil. Pourquoi n’arrive-t-il à rien ? Sa pensée s’évade : Zoé, dans la lumière, comme un phare qui ne guiderait aucun navire, appelle une tristesse qui ne dit mot ! Il croque du chocolat avec rage, quand sa mère, qui rentre, l’appelle. Deux, trois sermons plus tard, sur le travail qui n’est pas encore fait, sur les papiers d’emballage à mettre à la poubelle, sur le désordre chronique de sa chambre « je ne suis pas ta bonne », et sa mère prépare le dîner « pas le temps, avec ce repassage, on se fait pizza-fromage, ça tient au corps ». La pizza familiale, pour quatre, part en moins de deux et laisse à peine la place de terminer par trois « cookies » au chocolat en regardant « les infos » à la télé.

Le téléphone sonne : c’est Maxime avec qui il peste contre le professeur d’espagnol, une peau de vache, en mangeant une barre chocolatée au caramel. Sitôt raccroché, Enzo rejoint sa mère devant la télé. Heureusement, ce soir, il y a « Scream 2 ». Quatre mini pizzas plus tard, le tueur fou est démasqué et Enzo maugrée un « b’soi’r » à sa mère avant de plonger dans « Harry Potter », une main dans le paquet de chips et un scintillement de pensée chez Zoé. Y a de meilleures journées que d’autres après tout !

Le médecin raconte : J’ai vu Enzo à la demande de sa mère. Il pèse 61 kg pour 1,60 m. Il a pris 8 cm et 14 kg en un an. Il se trouve trop gros. Sa mère est plutôt maigre : 48 kg pour 1,62 m et son père gros : 77 kg pour 1,68 m.

Le point de vue du médecin spécialiste de l’alimentation

1. Les questions qui se posent :

1. Repère dans cette histoire tout ce qui concerne l’alimentation et la manière de manger d’Enzo.
2. Devine quel caractère a Enzo (caractéristiques mentales) ?
3. Enzo est-il « à risque » de prendre du poids et de devenir trop gros un jour ?
4. Y a t-il un moyen de connaître sa « corpulence » par un calcul simple ?
5. Connais-tu les fonctions des protéines, un de nos nutriments essentiels ? Y en a t-il assez dans l’alimentation d’Enzo ?
6. Connais-tu les fonctions du calcium ? Y en a t-il assez dans l’alimentation d’Enzo ?
7. Connais-tu les fonctions du fer ? Y en a t-il assez dans l’alimentation d’Enzo ?
8. Penses-tu qu’Enzo mange « trop calorique » ou non ? Justifie ta réponse ?
9. Qu’est-ce qui ne « va pas » du point de vue calorique (énergétique) ?
10. Le comportement alimentaire d’Enzo te paraît-il adapté ou pose-t-il un problème ?
11. Que conseilles-tu à Enzo sur le plan de ses apports de nutriments ?
12. Que conseilles-tu à Enzo sur le plan de son comportement alimentaire ?
13. Que conseilles-tu à la mère d’Enzo, pour l’aider dans son rapport à l’alimentation ?
14. Le médecin doit-il faire perdre du poids à Enzo ?

2. Les réponses du  nutritionniste :

Manger est vital. C’est un comportement à la fois métabolique (nutritionnel) et social qui tient compte de tes émotions et de tes sensations (faim, envie).

On mange parce qu’on a faim, mais aussi parce qu’on s’ennuie ou qu’on est mal dans sa peau.

Manger est un langage par lequel tu peux aussi parfois dire ta souffrance ou ta joie. Mais manger est avant tout un acte de vie par lequel tu renouvelles ton corps et assures tes besoins nutritifs. Et tes besoins ne sont sûrement pas que caloriques. Il te faut absolument donner à l’alimentation un rythme, une organisation. Faute de quoi on risque de sombrer dans une alimentation déséquilibrée, mal gérée et source de troubles du comportement alimentaire voire de surpoids. C’est pourquoi les repas partagés sont si importants, qu’ils le soient au « fast-foods » ou chez soi.
 
1. Repère dans cette histoire tout ce qui concerne l’alimentation et la manière de manger d’Enzo.

« J’adore manger » ; petit déjeuner : un verre jus d’orange « vite fait » ; matin : soda plus une barre chocolatée « sur le pouce » ; sandwich saucisson-beurre et soda en surfant sur internet ; puis compulsions alimentaires : plusieurs magnums ; 18h : barre céréales, 2 sodas, puis compulsion : fromage et pain « pas frais », yaourt à boire. Dîner : grosse pizza-fromage, camembert, cookies ; puis plateau télé : chips, barre caramel, cacahuètes, mini-pizza

2. Devine quel caractère a Enzo (caractéristiques mentales) ?

Ado plutôt travailleur, angoissé, pas sûr de lui, solitaire, introverti, soucieux de bien faire mais sans « cadre ». Manger « plaisir » ou « pour se faire du bien » l’emporte sur « manger pour assurer ses besoins ». Impulsivité ?

3. Enzo est-il « à risque » de prendre du poids et de devenir trop gros un jour ?

Oui, car son père est gros, qu’Enzo mange de façon déséquilibrée et qu’il a pris plus de poids que de hauteur (taille) en un an.

4. Y a t-il un moyen de connaître sa « corpulence » par un calcul simple ?

Par l’indice de masse corporelle : poids (en kilos) / (taille)*(taille) (en mètre). On calcule et le résultat, chez l’enfant et l’ado, est fonction de l’âge. Ce qui est un poids normal bas chez l’enfant de 8-10 ans est un poids de maigreur chez l’ado et surtout l’adulte. Il y a une courbe de « croissance staturo-pondérale » et un couloir qu’on suit.

5. Connais-tu les fonctions des protéines, un de nos nutriments essentiels ? Y en a t-il assez dans l’alimentation d’Enzo ?

Les protéines sont indispensables à assurer le renouvellement des cellules, les fonctions de défense de l’organisme et les échanges de messages entre cellules (hormones). Mais c’est surtout le seul moyen d’assurer une bonne masse musculaire.

6. Connais-tu les fonctions du calcium ? Y en a t-il assez dans l’alimentation d’Enzo ?

Le calcium est utile à la calcification osseuse. Un manque de calcium provoquera, surtout chez la fille, une déminéralisation. Le calcium sert aussi aux fonctions intellectuelles.

7. Connais-tu les fonctions du fer ? Y en a t-il assez dans l’alimentation d’Enzo ?


Le fer est indispensable au transfert de l’oxygène des poumons vers les organes. Il est essentiel dans la fabrication des globules rouges. Un manque de fer induit une anémie, surtout chez les filles qui ont chaque mois des pertes de globules rouges et de fer par les règles.

8. Penses-tu qu’Enzo mange « trop calorique » ou non ? Justifie ta réponse ?

Enzo ne mange pas « trop calorique » pour son âge… Mais

9. Qu’est-ce qui ne « va pas » du point de vue calorique (énergétique) ?

Mais il consomme beaucoup trop de « calories vides », c’est à dire de calories non associées à des nutriments qui permettent la construction cellulaire et donc l’utilisation de ces mêmes calories.

10. Le comportement alimentaire d’Enzo te paraît-il adapté ou pose-t-il un problème ?

Enzo ne se met jamais vraiment à table. De plus, il ingère souvent des aliments riches en calories « sans y penser », devant son jeu électronique ou la télé. Son cerveau oublie alors qu’il a mangé et lui donne encore la sensation de faim et/ou de frustration.

11. Que conseilles-tu à Enzo sur le plan de ses apports de nutriments et d’aliments ?

Il faut qu’il renforce son alimentation en protéines (viande, poisson, œuf, laitage), en fer (viandes surtout) et en calcium (mais là, ça va mieux).

Il faut enfin qu’il consomme beaucoup plus souvent des fruits et légumes, garants d’une meilleure défense contre les agressions (infections notamment), le vieillissement de la peau et les maladies cardio-vasculaires (mais ça, c’est pour plus tard, vers 40 ans).

12. Que conseilles-tu à Enzo sur le plan de son comportement alimentaire ?

Il faut qu’il mange à table et qu’il ne mange qu’à table, lentement pour que le cerveau se souvienne qu’il l’a fait, sans avoir une autre activité trop « prenante » pour le cerveau (comme la télé ou les jeux vidéo).

Il faut qu’il mette en place un vrai petit déjeuner, pour éviter les troubles de mémoire et de concentration  de fin de matinée.

Il faut qu’il y ait à chacun de ses déjeuner et dîner plusieurs phases : une entrée de crudité, une viande ou du poisson et un légume vert ou un féculent (selon son activité physique), un laitage (yaourt ou fromage) et un fruit.

La boisson de base doit être l’eau. Les sodas, c’est pour le « fun ».

13. Que conseilles-tu à la mère d’Enzo, pour l’aider dans son rapport à l’alimentation ?

Il faut qu’elle lui prépare à manger (crudités, salades, viande) et surtout qu’elle lui apprenne à cuisiner «survie» (se faire cuire un peu tout).

14. Le médecin doit-il faire perdre du poids à Enzo ?

Non, il doit équilibrer l’alimentation et faire en sorte qu’Enzo ne grossisse pas sur les 12 mois qui suivent. Il va en effet grandir, donc…. Mincir !

balance3.gif

L’histoire alimentaire d’Enzo ce mardi là :

Les aliments consommés

Les apports (g)

Les apports (mL)

Pain de mie

40 g

80 mL

Saucisson sec

40 g

40 mL

Beurre

10g

10 mL

Pain baguette

60 g

200 mL

Fromage emmental

80 g

50 mL

Pizza fromage plat unique

300 g

200 mL

Barres chocolatés ou autre (50 + 45)

95 g

50 mL

Les brownies

40 g

20 mL

Cacahuettes et chips (20 + 20)

40 g

15 mL

Jus d'orange (80 mL) et sodas (800 mL)

880 g

900 mL

Yaourt à boire

50 g

54 mL

Glace magnum

300 g

320 mL

TOTAL

1935 g

1935 mL

Ce qui compte dans l’envie de s’arrêter de manger, c’est le volume contenu dans l’estomac.

A titre indicatif : 

200 g de légumes verts avec 5 g beurre =   100 kcal et 260 mL
140 g de crème glacée  =  180 kcal et 160 mL

L’alimentation d’Enzo Les apports (par jour) :

justine.jpg

L’alimentation d’Enzo

Les apports (par jour)

Energie (en calories)

3050 kcal **

Protides (en grammes)

82 g

Lipides

130 g ***

Glucides

394 g

Sucres simples

240 g***

Calcium (en milligrammes)

1700 mg

Fer (en milligrammes)

9,5 mg **

Fibres alimentaires

13 g ***

Il y a trop de calories vides (manque de vitamines et de minéraux).