Association Autrement / Côte d'Or / Dijon / Troubles du comportement alimentaire, anorexie mentale, boulimie

bas de page

Anorexie, boulimie, compulsions alimentaires : l'association peut vous aider à voir les choses Autrement

Anorexie mentale et boulimie Obésité et compulsions alimentaires Diététique & Nutrition
Nutriments Aliments Alimentation Autour du poids Maladies de la nutrition
Diabète et régime alimentaire Diabète de type 2 et activité physique Excès de cholestérol La malnutrition Les toxi-infections alimentaires Nutrition et santé Surpoids et obésité : état des lieux en France Alli, la pilule qui fait maigrir ! Régimes particuliers et malnutrition Restriction volontaire : ce que nous apprend l'expérience d'Ancel Keys

Diabète et régime alimentaire


Carine De L'Hommeau, Diététicienne

L’alimentation du diabétique est l’alimentation souhaitable pour tous.

Elle comprendra : 

  1. 55-50% de glucides,
  2. 30% de lipides (ou graisses)
  3. 15-20% de protéines (ou protides).

1. Les glucides, un nutriment privilégié

1.1. 50-55% de glucides et pas plus !

Une insuffisance en glucides (moins de 50%) aurait pour conséquence d’augmenter la proportion de lipides au-delà de 35% car le pourcentage de protéines est sensiblement stable. Ceci n’est pas recommandé du fait du risque cardio-vasculaire plus fréquent que chez le non diabétique.

Par ailleurs il n’est pas souhaitable de consommer trop de glucides (plus de 55%) car les apports en fibres pourraient être excessifs et entraîner une diminution de l’absorption des sels minéraux. De plus le risque d’hypertriglycéridémie existe surtout si la proportion de certains glucides simples (fructose) est trop importante.

1.2. Glucides et traitements médicamenteux

Les glucides sont indispensables chez le diabétique, pour éviter les hypoglycémies consécutives aux injections d’insuline ou à la prise de médicaments hypoglycémiants :

  • Sulfamides hypoglycémiants (AMAREL, DAONIL, DIAMICRON, GLIBENESE, etc.….) ou glinides (NOVONORM).

En effet les glucides sont les seuls nutriments capables d’augmenter directement la glycémie. Lors d’une hypoglycémie, il est indispensable de prendre des glucides simples (morceaux de sucre) dilués de préférence dans de l’eau et de compléter la prise alimentaire par un glucide complexe (pain) de façon à maintenir la glycémie à des valeurs normales.

1.3. Comment répartir les glucides sur la journée ?

Il est indispensable de répartir les apports glucidiques entre les différentes prises alimentaires afin de mieux équilibrer le diabète.

Répartition des glucides dans la journée (en % du total des 24 h)

PRISE ALIMENTAIRE

% DE GLUCIDES
RECOMMANDÉS

% DE GLUCIDES
RECOMMANDÉS

  Avec collation Sans collation

PETIT DÉJEUNER

20

25

DÉJEUNER

30

35

DINER

30

40

COLLATIONS

20

 -

Ex : lorsqu'il y a une collation, l'apport de glucides dans cette collation est de 20 % des apports totaux de glucides dans la journée.

Il faut de plus veiller à ce que des glucides complexes (pain, féculents) soient présents à tous les repas. Les aliments sucrés (confiture, pâtisserie) ne sont pas interdits mais ils doivent être consommés au cours d’un repas afin d’éviter un pic glycémique.

1.4. Quels sont les aliments glucidiques ?

Voici les moyennes des différentes teneurs en glucides des aliments :

Le sucre et les produits sucrés (confiture, miel, chocolat, bonbons, etc.….) 50-100%
Les fruits secs (pruneau, datte, figue, raisin, abricot etc.…) ≈ 70%
Les biscottes ≈ 75%
Le pain ≈ 50%
Les féculents pesés cuits (pommes de terre, riz, pâtes, boulgour, quinoa, tapioca, semoule, maïs, fèves, légumineuses) ≈ 20%
Les fruits frais (sauf bananes : 20%, raisin et cerises: 18%) ≈ 12%
Le lait et certains laitages (yaourt, fromage blanc, petit suisse) ≈ 5%
Les légumes verts (sauf l'avocat qui contient 15% de graisses de bonne qualité) ≈ 5%

1.5. Qu'est ce que l'index glycémique d'un aliment ?  

La notion d’index glycémique consiste à comparer la rapidité de la montée glycémique après ingestion de 50g de glucose à celle qui suit la consommation d’une quantité d’aliments contenant 50g de glucides (exemples : 100g de pain ou 250 g de féculents pesés cuits).

Le glucose qui n’est pas un aliment stricto sensu est le glucide qui fait le plus rapidement monter la glycémie après sa consommation, son index glycémique (IG) vaut 100 ou 1. Les index glycémiques de tous les autres aliments sont déterminés par comparaison avec le glucose.

Classification des aliments selon leur index glycémique (IG)

IG(1) faible (IG < 55)

IG moyen (55 < IG < 70)

IG fort (IG > ou égal 70)

Lait et laitages sans sucre ajouté
(yaourt, fromage blanc, petit suisse)
Fruits frais sauf banane
Jus de fruits sans sucre ajouté
Légumes verts
Légumes secs
Pâtes, boulgour, vermicelle
Chocolat

Fruits au sirop
Banane
Pains spéciaux (complet, son, céréales)
Semoule, maïs
Riz brun et basmati
Pommes de terre vapeur
Saccharose (sucre de table)

Pain et biscotte (IG=70)
Baguette (IG =95)
Riz cuisson rapide
Pommes de terre en purée
Frites
Bonbons
Glucose (IG=100)

Remarque : La notion d’index glycémique est une notion à considérer prudemment. L’index glycémique d’un aliment peut-être modifié lorsqu’il est consommé au cours d’un repas complet en raison d’un bol alimentaire mixte (présence de lipides, de protéines, de fibres, de calcium).  Les valeurs données dans le tableau ci-dessus sont alors différentes.

2. Le diabétique doit veiller à la qualité des graisses consommées

2.1. Limiter la consommation de graisses à 30% de ses apports caloriques

L’alimentation du diabétique ne doit pas apporter plus de 30% de lipides car le risque cardio-vasculaire est multiplié par 2 à 3.

C’est surtout l’excès de graisses riches en acides gras saturés qui constitue un danger car ils augmentent le LDL cholestérol mais aussi le HDL cholestérol (« bon » cholestérol), avec toutefois un rapport entre les 2  (LDL/HDL) défavorable aux HDL.

Le sujet diabétique doit augmenter sa consommation :

  • D’huiles végétales crues riches en acides gras :

- mono-insaturés (ex : huile d’olive)
- poly-insaturés avec une préférence pour celles qui sont riches en oméga-3 (essentiellement les huiles de noix et de colza)

  • de poissons, sources d’acides gras poly-insaturés dont les oméga-3.

Les acides gras mono-insaturés et poly-insaturés diminuent le LDL cholestérol. L’influence de ces acides gras sur le HDL varie : les acides gras mono-insaturés ne modifient pas ou augmentent légèrement le HDL cholestérol, alors que les acides gras poly-insaturés diminuent légèrement le HDL cholestérol.

2.2. Où se cachent les graisses saturées ?

ALIMENTS

% D’ACIDES GRAS SATURES

Lait, produits laitiers, fromages

Environ 60%

Beurre et crème fraîche

Environ 60%

Huiles végétales solides (1)

  1. végétaline (huile de coprah) 
  2. huile de palme

 

90%
50 à 60%

Viandes et charcuteries (2)

40 à 50%

(1) : Ces huiles végétales solides sont principalement utilisées en industrie agro-alimentaire
(2) : Rappelez vous cependant que de nombreuses viandes contiennent autant ou plus d’acides gras mono -insaturés que d’acides gras saturés.

2.3. Le diabétique peut-il consommer des boissons alcoolisées ?

Oui comme tout le monde (dans des quantités raisonnables) mais jamais à jeun (risque d’hypoglycémie).

Les recommandations journalières sont :

Pour l'homme
Pour la femme
300 ml de vin à 12° maximum
200 ml de vin à 12° maximum

2.4. Le diabétique doit-il modifier son alimentation lorsqu'il pratique une activité physique ?

En cas de traitement par des sulfamides hypoglycémiants (AMAREL, DAONIL, DIAMICRON, GLIBENESE) ou des glinides (NOVONORM) ou de l’insuline, il faut prendre plus de glucides avant et après l’exercice physique, voire pendant l’activité physique.

  • Les diabétiques, ayant de l’insuline rapide doivent en diminuer la dose avant le repas qui précède l’effort physique et augmenter la prise de glucides à ce même repas.  Si l’activité dure plus d’une heure une prise de glucides peut s’avérer nécessaire durant l’effort.
  • Lorsqu’il s’agit de patients traités par des sulfamides hypoglycémiants ou du NOVONORM il est aussi souhaitable d’en diminuer la dose au repas qui précède l’effort physique et de renforcer sa prise en glucides à ce même repas.

Publié en 2008

Pour en savoir plus