Association Autrement / Côte d'Or / Dijon / Troubles du comportement alimentaire, anorexie mentale, boulimie

Espace e-Learning / TCare
bas de page

Anorexie, boulimie, compulsions alimentaires : l'association peut vous aider à voir les choses Autrement

Anorexie mentale et boulimie Obésité et compulsions alimentaires Diététique & Nutrition
Nutriments Aliments
Alicaments : mythes et réalités Aliments interdits et aliments santé Équilibre alimentaire : les cinq classes d'aliments Intérêt nutritionnel des produits laitiers La malbouffe : le mal du siècle Le lait : buvez-en ! Le lait : faudrait-il ne plus en boire ? Les féculents Viande : intérêt dans l'anorexie mentale et la boulimie Viande en France : mythes et réalité
Alimentation Autour du poids Maladies de la nutrition

Le lait : faudrait-il ne plus en boire ?


Lait.jpg Manger tue ! Nos médias nous l’assènent à l’envie. Et boire du lait semble à d’aucuns un danger mortel. On a pourtant vu déjà s’écrouler lamentablement les méfaits présumés du  cholestérol ou du sucre, du beurre et de la vache folle.

L’effet est pervers : qui oserait en effet attaquer le lait sans fondement ? Cet aliment si riche de symbole dans notre culture. On nous aurait trompé ? Le lait, notre nouveau danger ?

Qu'en est-il en fait ?

Oui, il est des gens dont l’intestin, pour des raisons génétiques, tolère mal le lait. Cette intolérance au lactose est liée à un déficit sévère en lactase, l’enzyme intestinale qui « digère » le lait. Ce déficit touche surtout, chez nous, 80 % des populations adultes méditerranéennes et africaines.  Il en résulte un épisode de diarrhée net chez la moitié d’entre eux, s’ils consomment isolément un bol de lait. Mais ils peuvent consommer des yaourts, des fromages et un petit verre de lait, s’il est ingéré avec d’autres aliments : petit déjeuner complet. Ce n’est pas une allergie et le seul trouble possible est une diarrhée aiguë bénigne.

Il est aussi des enfants, rares en fait, qui ont une allergie aux protéines du lait de vache. Cette allergie vraie survient avant l'âge de 1 an, chez 2,5 % des enfants. Faut-il en avoir peur pour tous ? Non, d’autant qu’elle est de diagnostic facile et guérit sans séquelle avant l’âge de 2-3 ans. Chez ces enfants, le lait d’autres mammifères est aussi néfaste.

En résumé, un peu de diarrhée chez quelques uns et une allergie chez de bien rares enfants. Voilà donc tout le dossier scientifique des détracteurs du lait de vache.

Je ne dis pas qu’il ne faille pas privilégier l’allaitement maternel avec du lait de femme, mais est-ce bien une raison pour fustiger le lait chez les enfants, les adolescents et les adultes en mal d’ostéoporose ?

Car la population vieillit, savez-vous ? Et même beaucoup. Surtout les femmes qui sont tellement soumises au risque d’ostéoporose (déminéralisation osseuse) !

Pour les vieux me direz-vous ? Mais que diriez-vous de ces femmes qui mangent trop diététique, rejettent le lait et la viande (trop gras), surveillent leur poids, ne rêvent que de minceur et s’exposent à une ostéoporose incroyablement précoce (un tiers d’entre elles en est touché).

L’ostéoporose est le seul risque dépendant de l’alimentation dont on peut se prévenir tôt, dès la puberté. Et il serait bien dommage de supprimer le lait comme source de calcium et de protéines, à une époque où un homme sur cinq, un adolescent sur trois, une adolescente sur deux  et deux femmes de plus de cinquante ans sur trois consomment beaucoup moins de calcium qu’il ne leur en faudrait compte tenu de l’allongement de l’espérance de vie.

Il faudrait pouvoir en rire, s’il n’était trop de « nutritionnistes » inconscients et trop de dupes. La richesse en calcium et en vitamine D de notre alimentation conditionne dès l’enfance notre capital osseux et la vitesse de sa dégradation avec l’âge, notamment chez la femme.

Et que dire de ces personnes âgées, de ces malades anorexiques qui doivent à leur seule consommation de lait et de produits laitiers une teneur presque acceptable en protéines de bonne valeur biologique.

Un bol de lait (300 ml), c’est 10 g de protéines et 350 mg de calcium. Et nos besoins en sont respectivement de 70 g (1 g par kilo de poids) et 800 mg par jour. Sans compter le phosphore, le magnésium et le potassium que le lait contient. Pour 150 kcal (calories) !

Mais oui, vous avez peur car le lait contient beaucoup d’acides gras saturés et peu de poly-insaturés. Et on sait que les saturés tuent par le cœur. Pourtant, ne vous en déplaise, ce ne sont pas les « saturés » qui tuent, mais seulement l’excès de saturés chez les gens prédisposés. Et, dans 300 ml de lait demi-écrémé, il n’y a que 3 grammes de « saturés » et seulement 5 g de lipides. Et un pot (110 g) de yaourt nature « normal » (pas maigre) n’apporte que 80 calories (kcal), 3,8 g de lipides dont 2,4 g de « saturés », mais aussi 4,5 g de protéines et 160 mg de calcium.

Des gens prédisposés, dites-vous : oui, certains hommes de plus de 40 ans, et quelques femmes de plus de 55 ans. Si vous enrichissez avec lait et laitages vos os pendant 35 ans (de 10 à 45 ans) et vous arrêtez à 45 ans, pendant 15 ans, du fait d’un risque d’infarctus du myocarde familial, n’ayez pas peur : ça suffira à protéger votre os et votre cœur. Après, ce ne sera peut-être pas utile à votre cœur de ne plus boire de lait, alors que ça aiderait votre os à se maintenir ! Mais peut-être est-il dit que l’homme veut rester en vie, mais couché, l’os cassé ? Ayant peur de tout ?

Car cette peur qui s’attaque, médias obligent, à nos aliments traditionnels les plus courants, n’est pas anodine. Elle fabrique des troubles du comportement alimentaire à la pelle, des gens qui ont tellement peur de « manger gras » qu’ils meurent de dénutrition ou sombrent dans la perte minérale osseuse.

Disons-le très fort : il est bien difficile d’atteindre le niveau recommandé de calcium, de vitamine D et de protéines sans le lait et les produits laitiers. Et si je me bats pour que certains groupes de Français consomment plus de fruits et légumes, ce n’est certainement pas pour qu’ils cessent de consommer lait et laitages. Et oui, une boite de haricots verts « pour deux » (220 g) n’apporte que 4 g de protéines de moins bonne valeur biologique et 85 mg de calcium.

La Nutrition est une science. Elle n’a rien de magique. Alors cessons tout manichéisme et balayons les idées fausses, surtout si elles sont saugrenues.

En voici quelques unes :

Le calcium des végétaux est aussi bien assimilé par l’intestin que celui des produits laitiers :

FAUX, il l’est 2 fois moins.
Les protéines du lait de vache font grossir nos enfants : FAUX, ce sont surtout les sodas et les « barres de céréales chocolatées ».
Le risque d’ostéoporose (déminéralisation osseuse) et de fractures ou tassements vertébraux a été exagéré par l’industrie laitière : elle voudrait nous faire boire du lait en nous mentant ? FAUX, le risque d’ostéoporose ne fait effectivement que s’accroître et boire du lait le prévient.
Les adultes n’auraient pas besoin de lait : FAUX, les hommes et les femmes ont besoin d’optimiser leur capital osseux et d’en éviter la dégradation après 50 ans. C’est enfin une bonne source de protéines et de phosphore ou potassium.
D’ailleurs, les animaux adultes ne boivent pas de lait et nous sommes des animaux aussi : EXACT, sauf que nous vivons maintenant 90 ans !
Le lait et ses dérivés sont responsables d’otites et de rhinites, ainsi que de maladies inflammatoires articulaires chroniques :

POSSIBLE, mais seulement chez de très rares personnes. Mais j’y pense, la voiture tue les aveugles qui conduisent. On devrait supprimer la voiture.

Il faut arrêter les contre-vérités. Il y a bien plus d’avantages pour la santé à ce que beaucoup de gens boivent bien plus de lait et laitages qu’il n’y a d’inconvénients pour certains à en boire un peu quand même ! Qu'on se le répète.

Publié en 2008