Association Autrement / Côte d'Or / Dijon / Troubles du comportement alimentaire, anorexie mentale, boulimie

Espace e-Learning / TCare
bas de page

Anorexie, boulimie, compulsions alimentaires : l'association peut vous aider à voir les choses Autrement

Anorexie mentale et boulimie Obésité et compulsions alimentaires
Définition et maladies associées
Compulsions alimentaires Compulsions et boulimie : ne pas les confondre ! Compulsions alimentaires et fréquence du syndrome de prise alimentaire nocturne Danger des régimes Le rôle de la génétique dans l'obésité Obésité : définition Obésité de l'adulte Obésité et compulsions alimentaires Obésité : mécanismes en cause Obésité et risque de cancer Obésité : un enjeu et une histoire pas si simple Restriction cognitive
Traitement Compulsions : témoignage Divers
Diététique & Nutrition

Danger des régimes


1. Faut-il faire des régimes ?

Il y a 4 sortes de régime :

fromage.jpg  
  1. Les inutiles : sans objet, parce qu’il n’y a pas de poids à perdre, ils peuvent à tout moment déstabiliser l’ensemble. Leurs rapports « coût-bénéfice » et « risque-intérêt » sont très défavorables.
  2. Les futiles : décidés sur un coup de tête, ils finissent par vous la prendre !
  3. Les dangereux : déséquilibrés, ou fougueux, ou « magiques », ils posent plus de questions qu’ils n’en résolvent. Il ne faut pas les commencer, faute de ne pas savoir les terminer !
  4. Les indispensables : je suis objectivement trop gros, ou bien mon poids ne cesse d’augmenter, ou bien mon activité physique a nettement diminué, ou bien j’ai arrêté de fumer et je prends sans cesse du poids. Il me faut faire un régime. Je maigris et tombe dans la maigreur, il me faut un régime (mais pas le même !).

2. Comment savoir s'il faut que je fasse un régime ?

Il y a un indice : c’est l’indice de masse corporelle, c’est à dire le poids divisé par le carré de la taille. La normale dépend de l’âge. Entre 18 et 65 ans, la normale se situe entre 18,5 et 25 kg/(m)2.
Exemple : je suis une femme de 30 ans et 1,65 m. Je peux peser jusqu’à 68 kg sans être trop grosse. Si ! Vraiment ! C’est juré !

3. Y a-t-il de « bons » régimes ?

Il devrait y en avoir : ce serait, rêvons un peu, un régime idéal :

  • un régime qui respecterait les besoins individuels,
  • ceux liés aux besoins professionnels
  • et aux besoins physiques (sport ou non, jardinage, bricolage...),
  • un régime tout doux dans un monde de brutes : doucement, dans le bon rythme,
  • sans épuiser la monture qui serait ménagée par l’attention qu’on lui porterait.
  • On y perdrait pas du poids « à toute vitesse », « avant l’été »,
  • Mais on aurait l’impression d’y manger, de continuer à partager avec d’autres quelque chose qui dépasserait de loin les « bêtes calories ».

4. Y a-t-il des régimes à éviter ?

Les régimes loto : vous savez, ces régimes qui vous promettent 2 millions d’euros et qui à terme, vous font perdre quasi constamment 500 € par an.

Les régimes « abrupts » : vous savez, ceux qui vous promettent la perte de 20 kg en un an, « sans rien faire », grâce à la pilule x ou la poudre y. Ces régimes ont une immense vertu : ceux qui les vendent sont sûrs que vous reprendrez du poids et que vous continuerez à payer pour les avoir. Ils font maigrir votre porte monnaie, ce qui est déjà un début !

5. Et après le régime, quoi ? Tout commence !

Il y a, si j’ai une obésité ou un net surpoids, un temps pour maigrir et un temps pour stabiliser. Sur une échelle de temps, le premier prendrait un centimètre et le second un mètre.
Si votre programme, même payé cher, ne prévoit pas la stabilisation de votre poids, ferme zles yeux et jetez le : c’est le miroir aux alouettes (c’est un piège) !

6. Mais pourquoi êtes-vous si dur ? Il y a bien des régimes qui marchent, non ?

Le régime est un bout de papier ; ce qu’on en fait, c’est autre chose. Il faut donc lui donner du sens. Et répondre à cette question essentielle : moi qui mange et qui me plaint d’être trop gros(se), pourquoi je mange au fait ?

Je suis dur, car j’ai vu trop de malades en échec, après maints régimes mal digérés. Je ne suis pas contre les régimes, mais leur mauvaise utilisation. Il faudrait ici, comme pour la vitesse sur les routes, des contraventions pour excès de vitesse !

Bien sûr qu’on peut avoir des accidents en conduisant doucement ! Mais conduire trop vite, c’est beaucoup plus souvent, l’accident !

7. Mais le risque d'accident, ici, c'est quoi ?

Le même, c’est le dérapage et le tonneau ! Plus tu restreins ton alimentation, plus tu supprimes « tout ce qui est gras et sucré » et plus tu engendres de frustration au niveau du cerveau. Et plus le cerveau, qui n’a pas demandé à maigrir, te pousse à transgresser l’interdit. Et à manger n’importe quoi, n’importe quand. Et le piège s’est refermé !

Et le risque, vous ne répondez pas ?

Ce sont les troubles du comportement alimentaire. On entend par là anorexie mentale, boulimie et compulsions alimentaires notamment. Sept malades anorexiques et boulimiques ont commencé leur maladie par un régime pour maigrir. Et 2 sur 3 de ces personnes n’en avaient pas besoin. Triste, non ?

8. Anorexie mentale, boulimie, compulsions alimentaires : vous pouvez expliquer ?

  • L’anorexie mentale, c’est un besoin « farouche » de maigrir « toujours plus ».
  • La boulimie, c’est l’ingestion en un temps court d’une grande quantité d’aliments, avec un intense sentiment de perte de contrôle, mais ni faim, ni vrai plaisir. Ce qui compte, c’est le besoin de maigrir à tout prix de ces personnes.
  • Les compulsions alimentaires graves, c’est l’ingestion en un temps assez court d’une certaine quantité d’aliments, avec un sentiment de perte de contrôle, sans faim, mais avec plaisir. Il n’y a pas tant que ça un besoin de maigrir.

9. Pourquoi fait-on un trouble du comportement alimentaire (TCA) ?

Trois facteurs sont nécessaires :

  1. une société qui privilégie et valorise idéal minceur et idéal maîtrise,
  2. l’idée qu’une personne aimée est « hors de portée »
  3. un manque de confiance en soi.

10. Le risque des TCA ?

C’est la perte de tout repère, et je ne parle pas seulement des repères alimentaires !
C’est vrai qu’on peut aussi en mourir.

11. Comment se réconcilier avec son alimentation ?

L’alimentation est un langage. On a appris à manger dès la petite enfance et il est long et difficile de changer de bases ! On ne mange pas que des « calories ». Il faut donc respecter les autres besoins. Bien sûr, les besoins nutritionnels (en minéraux, en vitamines), mais aussi les besoins d’expériences, de plaisir, de partage. Manger autrement, en un mot !

12. Peut-on en savoir plus ?

Daniel RIGAUD : « Anorexie, boulimie et autres troubles du comportement alimentaire ». Ed « Les Essentiels Milan » 2001, 67 p.
Daniel RIGAUD : « Anorexie, boulimie et compulsions ». Ed. Marabout 2003, 363 p.

Publié en 2008