Association Autrement / Côte d'Or / Dijon / Troubles du comportement alimentaire, anorexie mentale, boulimie

Espace e-Learning / TCare
bas de page

Anorexie, boulimie, compulsions alimentaires : l'association peut vous aider à voir les choses Autrement

Anorexie mentale et boulimie
Définition, symptômes et maladies associées Causes et mécanismes Descriptions et complications Etudes scientifiques Traitement Autour des TCA
Activité Physique Adaptée Anorexie mentale et boulimie : la peur des calories ! Anorexie, boulimie et l'angoisse des fêtes de Noël Contre les sites Pro-Ana Etre adulte Frustration et troubles alimentaires Grossesse et troubles du comportement alimentaire Le jean et la balance Pour les sites pro-anorexie ou comment tirer profit de ses ennemis ! Questions-réponses autour de l'anorexie et de la boulimie Vivre avec une personne souffrant d'un TCA Trouble du comportement alimentaire et résilience Trouble du comportement alimentaire et résilience (2)
Obésité et compulsions alimentaires Diététique & Nutrition

Anorexie mentale et boulimie : la peur des calories !


Pr Daniel RIGAUD - Président d'Autrement

1. Les calories, au fond, de quoi s'agit-il ?

La calorie est une unité de chaleur. En métabolisme, c’est ce qu’un individu « dépense » (pour vivre, pour croître, pour bouger, pour respirer...). On dit « calories » mais ce sont en fait des kilocalories (kcal). Bref, c’est le charbon qu’on met dans la chaudière pour la faire fonctionner.

Bien des gens, en particulier toutes les malades souffrant d'anorexie et de boulimie, pensent qu’on ne « dépense des calories que si on se dépense, en bougeant, en faisant du sport... » ! C’est à peu près aussi idiot que de penser qu’il ne sert à rien de payer la note d’électricité et de fuel pour alimenter le courant électrique et la chaudière de l’immeuble de 20 étages... parce qu’il ne se déplace pas ! Et on chauffe comment ? Et on s’éclaire comment ? Et on communique comment ?

2. Un peu de physiologie, svp !

Un animal ou un humain, même anorexique ou boulimique, utilise les nutriments extraits des aliments qu’il consomme pour :

  1. Faire fonctionner la « machine » qu’est son corps ;
  2. La chauffer (le corps est toujours à 37 ° C) ;
  3. Renouveler les tissus vieillis ;
  4. Déplacer sa masse.

Prenez une malade anorexique ou une boulimique qui ne bouge pas de son lit ! Déjà, ça n’existe pas ! Mais si ça existait, ça ne dépenserait rien, non ? Si !

Si elle reste sur son lit, notre malade, 24 h sur 24 h (un rêve, non !), elle a quand même un coeur qui bat, des poumons qui respirent, un cerveau qui travaille (trop d’ailleurs), des reins qui épurent.... Tout ceci coûte cher, très, très cher. Je vous dis ?

3. Combien ça coûte ?

Il y a deux « postes » de dépense :

  1. Assurer le fonctionnement de tous ses organes au repos : ce n’est pas parce que le corps n’est pas en mouvement qu’il ne « dépense rien ». Pour  un adulte normal, près des deux tiers de ce qui est dépensé dans la journée l’est pour ce « métabolisme de repos ». Car tous les organes qui fonctionnent au repos sont de gros demandeurs d’énergie :
    - avant tout le cerveau (300 kcal par jour, qu’on ne pense à rien ou qu’on travaille intellectuellement),
    - le foie (400 kcal),
    - le coeur (qui ne s’arrête pas de battre heureusement, soit 300 kcal),
    - les muscles (qui vivent et ont un certain tonus au repos absolu, soit 300 à 400 kcal), sans compter les reins, les poumons, la rate...)

  2. Assurer les renouvellements : les organes vieillissent. Il faut donc bien en renouveler les cellules trop altérées. Vous croyez que c’est gratuit ? Ça nous coûte chaque jour 200 kcal. Et il faut bien aussi (et surtout) remplacer les membranes trop vieilles, membranes qui sont faites de lipides (de graisses) et de protéines : deux couches de lipides et une couche de protéines au milieu). Il faut, pour assurer ce seul renouvellement 0,7 g de lipides par kilo de poids normal et par jour, soit pour une femme de 50 kg pour 1,65 m (poids minimum) 35 g de lipides par jour.... Sans compter l’énergie nécessaire pour les mettre en dépôt !

3.1. Faites votre calcul, vous ne serez pas déçue !

Vous prenez votre taille. En mètre. Vous en calculez le carré. Vous multipliez par 18,5. Vous avez ainsi le poids minimum. Vous multipliez ce poids par 0,8 pour avoir la masse dite « maigre » (à savoir les muscles et les viscères).

Et maintenant deux hypothèses : vous rêvez de ne rien faire, de rester sur votre lit, sans bouger un cil ni un petit doigt. Dans ce cas, vous multipliez ce chiffre par 33 pour obtenir la dépense de repos.

On le fait ? Vous mesurez 1,65m. Votre indice de masse corporelle minimum, 18,5 kg/m², donne pour votre taille un poids de 50 kg. On prend 0,8 et on multiplie par 33. Ceci donne :

50 x 0,8 x 33 = 50 x 26,4 = 1320 kcal. Par jour ! Sauf que ça vous donne juste le droit de ne pas bouger du tout !

Vous voulez bouger un peu, genre vieil adulte sédentaire qui va du lit au fauteuil et du fauteuil à la voiture et de la voiture au travail dans un fauteuil. Alors, vous multipliez ce chiffre par 1,5 et vous avez la dépense énergétique de la journée de ce « crétin de sédentaire qui n’entretient pas sa forme physique ». Ne pas faire grand chose (vous diriez, avouez le « ne rien faire ») lui coûte 1980 kcal chaque jour.

Ne me dites pas que vous êtes jeune (moins de 25 ans) et que vous vous dépensez un peu plus que lui. Parce que, en ce cas, ça va vous coûter plus cher ! Comptez un « facteur multiplicatif » de 1,7 et non plus 1,5. Vous êtes, nous en sommes désolés, à 2240 kcal par jour.

Mais vous, vous êtes hyperactive (montée d’escalier ou marcher vite par stress ou pour brûler des calories)… Alors comptez 1,8 à 2,0 (selon l’intensité de cette hyperactivité). Peut-être bien que ceci fait... 2400 kcal/jour.

Surtout, ne me dites pas que vous êtes anxieuse, stressée en permanence... Il faudrait ajouter 200 kcal... et ça vous ferait des besoins de 2600 kcal/jour.

Ah oui, seulement pour assurer le fonctionnement. Ceci ne vous permettra pas de prendre un gramme. Pas un seul gramme.

3.2. Faites vos courses, on calcule les apports alimentaires d'une malade atteinte de troubles alimentaires

Je serais vous, j’aurais bigrement envie de calculer, à partir de ce que je mange, « combien ça fait ». En Nutrition, on dit « quelle quantité de calories mon alimentation m’apporte ». Allez, on y va ? Prenons une malade anorexique en train de se battre pour y arriver (à guérir, je veux dire, plus à maigrir). Elle a bien écouté son docteur et a déjà doublé les quantités. VOYEZ VOUS-MÊME : c’est dans le tableau ci-dessous. Ligne à ligne, depuis le matin. Et elle se bat, cette malade, non !

Déjà le petit déjeuner. Les autres, ils pensent que ce n’est rien : ils mangent ça tous les jours depuis si longtemps. Pour Amélie, c’est énorme : avant, elle allait courir sans rien dans le ventre. Arrive, immanquable, le déjeuner. En plus, Amélie, elle n’a pas fait grand-chose ce matin. Elle regarde la feuille du médecin et n’en croit pas ses yeux ! Son Nutritionniste a dû se tromper. En plus, elle a mis du beurre. Rien que ça, ça va la faire grossir grave ! Et les féculents, ils ont dû les oublier dans le calcul. Et non, regardez bien, ils sont inclus. Le pire, c’est le dîner. Amélie, le soir après le dîner ne fait absolument rien. Juste de la graisse en regardant la télé avec ses parents et son frère. Alors, tout ça, c’est trop. Trop ??

Nous sommes sûrs, croyez le bien, que ceci vous parait énorme ! Enorme, comme « obèse un jour obligatoirement ». Enorme comme « jamais je pourrais manger ça, mon ventre en ballonne déjà. ». Enorme comme « manger si calorique avec le regard des autres posé sur moi, qui me juge ».
 
Enorme ? Et bien non, c’est seulement la moitié de vos besoins ! Sans, hélas, récupérer un gramme du poids perdu ! Et en étant sûr au contraire de continuer tout doucement à en perdre. Je crois que je vais me mettre à manger !

Et si ça ne suffit pas, si je n’y arrive pas, je sens bien qu’il faudra que j’accepte de l’aide. Une assistance nutritive, prescrite par mon médecin sur cette base. Car c’est dur, vraiment dur : c’est tellement plus que ce que j’imaginais, même dans mes cauchemars les plus horribles !

Amélie se bat, elle mange déjà bien plus qu’au début. Voyez vous-même :

MENU TYPE D’UNE JOURNÉE

PROTIDES

LIPIDES

GLUCIDES

KCAL

Petit déjeuner

1 tasse de café noir + 1 sucre (5g)

0

0

5,3

20

1 yaourt nature sans sucre

5,4

1,4

6,4

61

50 g de pain grillé

5,1

1,3

31,8

148

30 g de confiture

0,2

0

20,9

82

S/TOTAL

10,7

2,7

64,4

311

Déjeuner

1 tomate croque au sel (100 g)

0,8

0,3

3,5

20

120 g de cabillaud vapeur

21,6

1,1

0

96

150 g de pomme vapeur

2,3

0,2

29,6

119

5 g de beurre

0

4,2

0

37,6

1 yaourt nature

5,4

1,4

6,4

61

1 c. café de sucre poudre (5g)

0

0

5,3

20

1 pomme (150 g)

0,5

0,5

17,7

78

S/TOTAL

30,6

7,7

62,5

431,6

Dîner

100 g de poulet rôti avec la peau

26,4

6,2

0

161

200 g d'haricots verts nature

3,6

0,4

8

50

1 c. café d'huile de maïs (5g)

0

5

0

45

30 g d'emmental

8,8

8,6

0

114

1 orange

1,5

0,3

13,2

66

S/TOTAL

40,3

20,5

21,2

436

TOTAL GÉNÉRAL

81,6

30,9

148,1

1178,6

Pour en savoir plus