Association Autrement / Côte d'Or / Dijon / Troubles du comportement alimentaire, anorexie mentale, boulimie

Espace e-Learning / TCare
bas de page

Anorexie, boulimie, compulsions alimentaires : l'association peut vous aider à voir les choses Autrement

Anorexie Boulimie Compulsions Obésité Nutrition Alimentation
Nutrition et nutriments
Alcool, nutrition et alimentation Les fibres alimentaires Nutrition et addictions Produits allégés et édulcorants Peur du gras : à tord ou à raison ? La vitamine D
Physiologie Comportement alimentaire Alimentation, santé et maladie Divers

Produits allégés et édulcorants


Le consommateur a toujours le souhait de nouveaux aliments répondant mieux à ses besoins.

L’industrie agro-alimentaire en propose chaque semaine de nouveaux.

Parmi ceux-ci, on a vu apparaître, il y a maintenant près de 40 ans les produits allégés. Tout a commencé par le lait écrémé, en 1964. Les édulcorants, saccharine et aspartame, sont venus plus tard (1975). Le " beurre " allégé (41 % de matière grasse) est apparu en 1980. Depuis, les aliments ou plats allégés et les édulcorants se sont multipliés de façon impressionnante.

1. Quels sont-ils ?

On distingue :

  • Les produits de base, allégés en matières grasses : lait écrémé et demi-écrémé, yaourt à 0 %, fromage blanc à 0, 10 et 20 % (de la matière sèche), fromages affinés à 20 et 30 % (de la matière sèche).
  • Les édulcorants intenses : la saccharine, l’aspartame, l’acésulfame ou les polyols.
  • Les produits édulcorés : le saccharose est remplacé par un édulcorant : yaourt sucré édulcoré, crèmes desserts, chocolat, confiture, sodas.
  • Les produits finis allégés en matières grasses : vinaigrette et autres sauces, chips, charcuterie...
  • Les plats " allégés " : en général en matières grasses.
  • Les boissons allégées : sodas, bière (et les boissons sans alcool).

Qu’en penser ?

Qui peut nier qu’ils répondent à un " besoin " : celui de " contrôler " son poids.

2. Ce besoin est-il réel ?

Certes, l’incidence du surpoids et de l’obésité va croissante.

Ce besoin de " contrôler " son poids est-il créé ? Il n’a peut-être pas été créé, mais il est amplifié par les médias d’une société soucieuse d’une " nouvelle image " corporelle qui n’était pas la sienne il y a moins d’un siècle encore : cette nouvelle image veut une silhouette plus ferme, plus " maîtrisée ", plus fine, plus " sculptée ".

3. Les produits allégés et édulcorés répondent-ils à la demande ?

Vaste question : ce n’est pas parce que les gens achètent un produit, que ce produit répond à une vraie question. Les produits allégés et les édulcorants sont au " contrôle du poids " ce que la ceinture de sécurité ou le ballon gonflable de protection sont à la conduite automobile : il s’agit d’une défense passive. C’est utile. Mais ce serait plus malin de respecter les règles de bonne conduite !

4. Quelques réflexions

Les produits allégés et les édulcorants n’allègent notre alimentation que du nombre de calories soustraites réellement !

Un édulcorant sans calorie (aspartame, saccharine) " enlève " 4 kcal/g ; si l’on consomme 6 morceaux de sucre dans ses cafés ou thés de la journée, remplacer ce sucre par un édulcorant retire du bilan énergétique 120 kcal. Si l’on mettait 30 g de beurre (ou margarine) dans ses plats (pain, légumes et féculents, cuisson), ceci faisait (30 x 0,8 x 9) 216 kcal. Si l’on prend du beurre (ou de la margarine) allégé, ceci fait (30 x 0,4 x 9) 108 kcal, soit 108 kcal de moins. Ce n’est pas rien. Si en revanche on prenait 10 g de chocolat (54 kcal) et qu’on le remplace par 10 g de chocolat " allégé " (50 kcal), on ne fait guère d’économie !

5. Ces produits sont-ils " bons " ?

A la question : " ont-ils bon goût ? ", on peut répondre qu’ils ont atteint actuellement un degré de qualité qui en fait des produits savoureux, qu’il s’agisse de yaourts allégés ou de plat cuisiné " basses calories ", d’aspartame ou polyols ou de crèmes desserts.

A la question : " sont-ils sans danger ? ", on peut répondre qu’ils sont sûrs : pas de risque de cancer, pas de risque d’infection, pas de risque d’intoxication (si l’on respecte les règles d’utilisation : pour les plats cuisinés allégés surgelés par exemple, pas de recongélation).

A la question : " sont-ils bon pour la Santé ? ", on peut répondre que rien n’est moins sûr. Certes, ils ne sont pas " mauvais ".

Mais apportent-ils un vrai " plus "
, ce n’est pas certain. Aucune étude ne permet de dire qu’ils prolongent l’espérance de vie, qu’ils diminuent le risque de cancer, qu’ils évitent les accidents vasculaires ou cardiaques... ni même qu’ils permettent de maigrir ou de seulement contrôler son poids.

6. Ces produits font-ils " maigrir " ?

La question n’est pas simple. En théorie, ils devraient faire perdre du poids, puisqu’ils permettent de soustraire des calories au bilan journalier. Reste que le risque est de " compenser ", consciemment ou pas, sachant " l’économie " qu’on a fait. Sans contrôle attentif, le remplacement du sucre (saccharose) par un édulcorant conduit un certain nombre de malades (notamment diabétiques) à consommer un peu plus de matières grasses.

Un constat peut néanmoins être dégagé

  • L’utilisation d’aliments allégés en matières grasses et d’édulcorants intenses ("sucrettes") contribue à l’amaigrissement des sujets en surpoids et des sujets obèses qui suivent par ailleurs un régime modérément restrictif.
  • Ces produits ne semblent pas à même de permettre de modifier le poids de sujets de corpulence normale ou mince.

fle64.gifQuelques règles peuvent être avancées :

  • Ces produits n’ont aucun intérêt chez l’obèse s’ils sont utilisés pour compenser ou permettre la consommation d’aliments désirés (charcuterie, desserts sucrés…)
  • Les produits allégés en matières grasses n’ont aucun intérêt chez l’obèse si ce dernier en consomme deux fois plus que d’aliments non-allégés : 20 g. de beurre allégé font autant de calories que 10 g. de beurre normal !
  • Ces produits ne sont pas indiqués chez l’enfant et l’adolescent dont les besoins énergétiques pour la croissance sont élevés.
  • Ces produits sont dangereux en cas de troubles du comportement alimentaire (anorexie, boulimie) car ils renforcent la conviction des malades " qu’alléger est bon pour la santé ". Mieux vaut chez ces malades conseiller 10 g. de beurre normal que 20 g de beurre allégé.

Publié en 2007