Association Autrement / Côte d'Or / Dijon / Troubles du comportement alimentaire, anorexie mentale, boulimie

bas de page

Anorexie, boulimie, compulsions alimentaires : l'association peut vous aider à voir les choses Autrement

Anorexie mentale et boulimie
Définition, symptômes et maladies associées
Anorexie mentale en trois maux Anorexie mentale et boulimie chez l'adolescent Anorexie mentale et effets métaboliques de la restriction alimentaire Anorexie mentale : entre appétit et peur Anxiété dans l'anorexie mentale et la boulimie Besoins caloriques et dépenses énergétiques Émotions et TCA Environnement, anorexie mentale, boulimie et obésité État dépressif en cas d'anorexie mentale et de boulimie Facteurs de risque et prévention de l'anorexie mentale et de la boulimie Hyperactivité physique en cas d'anorexie mentale et de boulimie Le mérycisme : un comportement de dépendance fréquent dans l'anorexie et la boulimie Les troubles du comportement alimentaire chez les 6-12 ans Peut-on déceler tôt l'anorexie mentale et la boulimie ? Peut-on parler de drogue en cas d'anorexie mentale, de boulimie et de compulsions alimentaires ? Tabagisme et troubles du comportement alimentaire : un lien ? Troubles du comportement alimentaire et conduites addictives
Causes et mécanismes Descriptions et complications Etudes scientifiques Traitement Autour des TCA
Obésité et compulsions alimentaires Diététique & Nutrition

Anxiété dans l'anorexie mentale et la boulimie


1. Anorexie mentale, boulimie et état anxieux

anorexie_anxiete.jpg L’anxiété, en tant que trait de caractère ou état chronique, associe un état d’excitation quasi permanent, une perte d’appétit, des difficultés d’endormissement et un sentiment de doutes, sans que la cause puisse en être trouvée. Cette anxiété « maladie » se caractérise par un cerveau toujours en éveil, une pensée qui n’arrive pas à se fixer, une hyperstimulation cérébrale et un état de tension inconfortables. Cet état d’inconfort est présent dans la journée de façon presque permanente. Cette anxiété, qui dans ces cas n’a pas de cause extérieure, s’en cherche souvent une. Le malade porteur d’un « trait anxieux » en cherche souvent la cause à l’extérieur de lui : c’est telle situation ou telle personne qui le rend anxieux.

L’anorexie mentale, au bout d’un certain temps, associe hyperactivité physique et/ou psychique, état d’excitation, perte d’appétit, difficulté d’endormissement et doutes. Très souvent, les malades se disent anxieux : de l’avenir, des relations avec les proches… de tout.

Il y a donc une similitude qui mérite qu’on s’y arrête. L’anxiété et l’anorexie mentale ont de toute évidence des points communs.

1.1. S'agit-il de la même maladie ?

L’anorexie mentale commence sept fois sur dix à la suite d’un régime pour maigrir. Mais l’anorexie mentale n’est pas un projet de minceur pour un objectif bien défini (plaire à ce garçon par exemple). Non, il s’agit souvent d’une réponse à un manque de confiance, à un doute. Ainsi, dans un cas sur cinq ou six environ, peut-on repérer, chez les futurs malades, une anxiété comme « trait de caractère ». Les parents ou la(le) malade disent : « elle(il) a toujours été anxieuse ». Mais si 15 à 20 % des malades atteints de troubles alimentaire étaient des personnes anxieuses avant, c’est qu’au moins quatre malades sur cinq ne l’étaient pas !

Les malades disent clairement qu’au début de leur maladie, elles ne ressentaient plus cette anxiété, lorsqu’elle existait. Elles se sentaient euphoriques, efficaces, pertinentes, dans une pensée très positive faite de maîtrise, de contrôle. C’est même sans doute pourquoi elles ont continué dans l’anorexie mentale !

Pourtant, plus tard dans la maladie, c’est environ trois malades atteints d’anorexie mentale sur quatre et 8 à 9 malades atteints de boulimie sur dix qui se disent anxieux. Donc, de toute évidence, le trouble du comportement alimentaire, à terme, induit l’anxiété ou la majore !

De façon très nette, on a pointé depuis longtemps des troubles obsessionnels compulsifs (TOC) chez les malades atteints de TCA.

Un TOC peut être défini comme la répétition excessive, perturbante, d’actions ou de comportements stéréotypés qui n’ont plus d’objet, de but : répétition d’actes de rangements, de ménage, de lavage, de vérifications (fermeture de portes, de gaz…) qui envahissent le champ de la pensées et qui s’auto-induisent. Le malade atteint de TOC, dès qu’il y pense, doit « vérifier » ou « refaire » ce qu’il vient de faire. Il sait bien qu’il l’a déjà fait, mais ne peut s’empêcher de le reproduire. S’il ne le fait pas, il ressent une anxiété nette, invalidante qui l’empêche de faire autre chose.

1.2. Que voit-on lorsqu'on étudie les malades atteints de troubles du comportement alimentaire ?

On trouve environ 15 à 25 % de malades atteints de TCA qui ont des TOC simultanés et non alimentaires. Un sur trois de ces malades porteurs de l’association TCA-TOC avait un ou des TOC avant l’installation du TCA. C’est donc beaucoup plus que dans la population générale.

De plus, si l’on inclut les TOC alimentaires, la fréquence augmente. En effet, beaucoup de malades atteints de TCA ont des TOC alimentaires ou nutritionnels : comptage des calories, passages pluri-quotidiens de la malade sur un pèse-personne, comportements ritualisés pour s’autoriser à manger (émiettements, lavage à l’eau pour éliminer la graisse, disposition spéciale obligatoire des aliments), voire pesée systématique des aliments…

Il existe donc bien un lien entre TOC et TCA. Il se pourrait bien que ce lien soit celui de l’état anxieux. En effet, l’anxiété est la caractéristique principale des personnes atteintes de TOC. Il pourrait s’agir ici d’une matérialisation de l’angoisse, plus facile à accepter si elle se retrouve dans des faits et comportements que si elle est immatérielle.

Mais un autre aspect du lien entre anxiété et TCA mérite d’être mis en avant : le TCA, en tant que tel, génère l’anxiété et/ou l’aggrave. Une preuve irréfutable de ceci est que la mise en place d’une sonde nasogastrique et d’une nutrition entérale diminuent notablement l’anxiété de ces malades. Ceci est particulièrement net en cas de boulimie.

Il pourrait y avoir plusieurs explications :

  • L’interdiction de manger, confrontée à l’envie accrue de le faire, pourrait être un facteur d’accroissement de l’anxiété.
  • Le jeûne et la dénutrition qui en résulte, en tant que tels, favoriseraient l’anxiété, du fait d’éventuels dysfonctionnements cérébraux. On peut après tout imaginer que les neurones appauvris en acides gras essentiels (que l’alimentation n’apporte plus) fonctionnent mal, qu’un message de mort cellulaire (par carence en énergie) soit envoyé par chaque cellule qui meurt pendant que le corps maigrit. Ce n’est peut-être pas si délirant, si l’on se rappelle que les paramécies (êtres unicellulaires qui vivent dans l’eau) sont « averties » de la mort en masse de leurs congénères.
  • La prise en conscience, dans l’anorexie mentale, que le TCA perturbe vos relations aux autres, ce qui, en soit, est angoissant pour des malades qui portent aux autres une attention déjà excessive.
  • La pensée, pour la malade boulimique, que ce qu’elle fait pendant ses crises est nul, honteux, coupable, pensée qui en soi est génératrice d’angoisse.

Face à ces réflexions, une dernière question se pose : s’il existe entre anxiété et TCA un lien si fort, est-ce que le traitement de l’anxiété, par des médicaments anxiolytiques ou une thérapie cognitivo-comportementale ou analytique, peut permettre la guérison du TCA ? Malheureusement, la réponse est connue : elle est négative. Une fois installé, le TCA évolue pour son propre compte, même si l’angoisse est traitée. A l’inverse, et c’est rassurant, beaucoup de malades voient disparaître leur angoisse à la guérison du TCA.

En résumé :

1- L’anxiété peut favoriser l’éclosion d’un TCA ;
2- Le TCA, surtout la boulimie, même s’il n’a pas été précédé d’état anxieux, induit en règle une forte anxiété ;
3- Une fois installés, anxiété et TCA évoluent pour leur propre compte ;
4- Seule la guérison du TCA guérit l’anxiété, mais pas toujours. En revanche, le traitement de l’anxiété n’améliore guère le TCA.

Pour en savoir plus

Publié en 2008