Association Autrement / Côte d'Or / Dijon / Troubles du comportement alimentaire, anorexie mentale, boulimie

Espace e-Learning / TCare
bas de page

Anorexie, boulimie, compulsions alimentaires : l'association peut vous aider à voir les choses Autrement

Anorexie mentale et boulimie Obésité et compulsions alimentaires Diététique & Nutrition
Nutriments Aliments Alimentation Autour du poids
Lait, produits laitiers, calcium et risque de surpoids Leptine et troubles du comportement alimentaire La pilule contraceptive fait-elle grossir ? Questions-réponses autour du poids
Maladies de la nutrition

Leptine et troubles du comportement alimentaire


Pr Daniel RIGAUD - CHU Dijon


1. Qu'est-ce que la leptine ?

La leptine est une hormone. Elle a des fonctions métaboliques, mais aussi hormonales. Sa production est en fait très liée au tissu adipeux dont elle suit d’assez prêt le volume. La concentration de leptine dans le sang baisse considérablement en cas d’anorexie et augmente significativement en cas de compulsions alimentaires.

1.1. Lieu de production

anorexie_leptine.png La leptine est fabriquée dans le tissu adipeux. Ceci l’oppose aux autres hormones. La plupart des hormones sont fabriquées en effet par des glandes endocrines (surrénales, tyroïde, ovaires). D’autres hormones sont synthétisées dans le tube digestif. Seules deux hormones sont fabriquées dans le tissu adipeux : la leptine et l’adiponectine.

C’est dans les années 90 que les scientifiques ont découvert que le tissu adipeux qu’on pensait uniquement dédié au stockage des graisses opérait aussi comme une glande endocrine. Le tissu adipeux devenait ainsi la plus grosse glande endocrine. La leptine est fabriquée par des adipocytes, ces cellules où sont mis en dépôt les triglycérides (principal lipide).

Tout au long de la vie, chaque adipocyte (cellule adipeuse) fabrique son petit quota de leptine chaque jour.

1.2. Rythme de production

Comme chaque adipocyte fabrique la même quantité de leptine, plus il y a d’adipocyte plus la sécrétion de leptine est importante.

L’enfant jeune ayant peu de tissu adipeux, il a peu de leptine. La femme ayant plus de tissu adipeux que l’homme, pour une même taille, un même poids, un même âge, elle a plus de leptine que l’homme.

Les personnes grosses ayant plus de tissu adipeux que les maigres, elles ont plus de leptine.

Après le repas, on observe dans le sang, une augmentation de 20 % du taux de leptine pendant deux heures ; cette augmentation participe sans doute à l’installation de la satiété et à l’augmentation de la dépense calorique observée après le repas.

1.3.Nature de la leptine

La leptine est une hormone peptidique. Ceci signifie que c’est une petite protéine et qu’elle est donc formée d’acides aminés. De ce fait, lorsque l’on mange beaucoup moins que ses besoins, le corps réduit la synthèse de leptine.

1.4. Fonctions de la leptine

Pourquoi le tissu adipeux fabrique t-il une hormone comme la leptine ?

La leptine a deux fonctions principales : une fonction métabolique et une fonction hormonale sexuelle.

a) Fonction métabolique :
Depuis qu’il existe des êtres vivants complexes, comme les animaux, la nature a prévu que leur poids adulte serait relativement stable. Ainsi un animal comme un lézard ou une grenouille, sans aucune connaissance en nutrition et en diététique couvre ses besoins et maintient son poids en équilibre stable tout au long de sa vie. Malgré de grandes variations dans son alimentation en milieu sauvage, le poids des animaux reste stable et bien exceptionnel sont les animaux obèses ou maigres.

Ceci s’explique par des liens subtils entre prise alimentaire et dépense calorique. A moyen et à long terme, ce sont les hormones du tissu adipeux, la leptine et l’adiponectine, qui pilotent cette régulation subtile.

L’organisme possède deux régulateurs de sa masse corporelle : les hormones thyroïdiennes, et la leptine.
Les hormones thyroïdiennes régulent la dépense calorique. La leptine quant à elle régule les entrées comme les sorties, la prise alimentaire, comme la dépense calorique. Ça marche comme suit :

Quand une personne mange trop (plus que ses besoins), elle augmente sa synthèse de protéine et augmente sa synthèse de leptine. Si elle mange trop pendant une semaine ou plus, elle augmente le nombre de ses adipocytes et augmente donc encore son taux de leptine. L’augmentation de la leptine produit un coup de frein à la prise alimentaire (la personne a moins faim, elle a moins envie de manger) et diminue les capacités de stockage dans le tissu adipeux.

Ceci revient à dire que chez une personne qui n’a pas de problème de poids, et qui se met à manger un peu trop (par exemple 200 kcal au-dessus de ses besoins), on s’attendrait à une prise de 1 kg/mois, soit 10-12 kg/an. En fait, il ne se passe rien, elle ne grossit pas parce qu’elle a augmenté son taux de leptine.
Ceci revient à dire aussi que la leptine explique en partie le fait que chez les gens gros, le poids arrête à un moment donné d’augmenter, alors que ces personnes n’ont rien changé à leur alimentation. En effet, la leptine favorise chez eux une augmentation de la dépense énergétique qui s’oppose à la prise de poids.

b) Fonction hormonale sexuelle :
Le corps est un drôle de truc. Le taux d’hormones mâles chez l’homme est piloté par la masse musculaire tandis que le taux d’hormones féminines (œstrogène, progestérone) est piloté par le tissu adipeux. En d’autres termes, plus un homme a de masse musculaire, plus il fabrique de testostérone (les femmes athlètes aussi d’ailleurs). Plus une femme a de tissu adipeux, et plus elle fabrique d’hormones féminines.

Chez la fille, juste avant la puberté, un mécanisme cérébral se met en marche qui active l’appétit et le plaisir de manger. La jeune fille alors mange plus que ses besoins et son tissu adipeux augmente. Ces deux phénomènes entrainent une augmentation du taux de leptine, au-dessus d’une certaine valeur appelée seuil, la leptine pénètre dans le cerveau (via le noyau arqué) et atteint l’hypothalamus. Dans l’hypothalamus, la leptine stimule la production d’une hormone, la LH-RH, une hormone qui stimule deux hormones hypophysaires : la FSH et la LH. Donc le taux de FSH et de LH augmente et va stimuler les ovaires, qui à leurs tours, vont fabriquer les hormones féminines.

C’est donc l’augmentation du tissu adipeux juste avant la puberté qui est responsable d’un excès de production de leptine qui est lui-même responsable de l’apparition des règles. Ce phénomène explique bien pourquoi les jeunes filles rondelettes ont leur règle deux ans avant les jeunes filles maigrichonnes.

Sans tissu adipeux, il n’y a de production de leptine et sans leptine, il n’y a pas de production d’hormones féminines, d’autant que ça ne servirait à rien, car l’ovaire fabrique des pré-hormones inactives et que ces pré-hormones sont activées dans le tissu adipeux.

2. Leptine et troubles du comportement alimentaire

Une personne anorexique qui réduit beaucoup ses apports alimentaires, réduit beaucoup ses apports caloriques et protéiques. Au fil des semaines, ceci conduit, ce qu’elle recherchait, à une diminution du tissu adipeux. Donc la leptine baisse dans le sang. Quand le taux de leptine passe en dessous de la valeur seuil, la leptine ne pénètre plus dans l’hypothalamus. La production de LH-RH est arrêtée, donc celle de LH et de FSH, donc celle d’estrogène et de progestérone par les ovaires, et les règles s’arrêtent.

Dans l’anorexie mentale, l’aménorrhée est directement en rapport avec l’effondrement de la leptine.
Plus une femme souffrant d’anorexie maigrit, plus son taux de leptine sanguin diminue, et moins elle a de chance d’avoir ses règles et donc des enfants. En-dessous d’un IMC de 18,5, la leptine a diminué de 50 %. C’est pour ça que les règles s’arrêtent. En dessous d un IMC de 15, il n a quasiment plus de leptine en circulation.

Quand une malade anorexique reprend du poids, sa masse musculaire et son tissu adipeux augmentent. Le taux de leptine augmente donc. Quand l’IMC arrive vers 18 – 18,5, le taux de leptine va pratiquement doubler et la malade retrouve ses règles 9 fois sur 10.

Chez la malade boulimique, les repas sont réduits, les apports caloriques et protéiques aussi (hors crises). Le taux de leptine baisse, ce qui stimule la faim et réduit la dépense énergétique. C est sans doute pourquoi une malade anorexique-boulimique ou boulimique ne perd pas ou plus de poids, alors qu’elle ne mange rien aux repas.

Chez les malades souffrant de compulsions, l’excès d’apport pendant les crises (puisqu’elles ne vomissent pas) entraine une augmentation de la leptine, puis une augmentation du tissu adipeux et donc à nouveau de la leptine. Cette augmentation freine la prise de poids en réduisant la faim aux repas ! ça explique assez bien pourquoi une personne compulsive qui fait des crises se plaint de n’avoir jamais faim.

Quand une personne devient obèse, son taux de leptine augmente. Plus la personne grossit, et plus le taux de leptine sanguin est élevé. Cet excès de leptine va produire un déséquilibre de sécrétion des hormones féminines et est responsable d’une bonne partie des troubles hormonaux observés chez les femmes obèses (irrégularité des règles, troubles de la fécondité, douleurs ovariennes ou mammaires).

En conclusion, la leptine nous a aide a mieux comprendre la régulation subtile du poids des individus. La leptine explique aussi en grande partie les troubles des règles et l’altération de la féminité chez les personnes souffrant de troubles alimentaires.

Publié en 2012