Association Autrement / Côte d'Or / Dijon / Troubles du comportement alimentaire, anorexie mentale, boulimie

Espace e-Learning / TCare
bas de page

Anorexie, boulimie, compulsions alimentaires : l'association peut vous aider à voir les choses Autrement

Anorexie Boulimie Compulsions
Définitions, physiopathologie, épidémiologie et maladies associées
Anorexie mentale et boulimie : les bases Anorexie mentale : diagnostic Anorexie mentale : généralités Anorexie mentale et boulimie Anorexie mentale : en pratique Boulimie : diagnostic Anorexie mentale et génétique Boulimie en trois mots Anorexie mentale, boulimie et compulsions alimentaire : un mal-être Boulimie et dénutrition Boulimie et dépression : un lien dans les deux sens Caractéristiques psychopathologiques des malades atteints de TCA Classification des troubles alimentaires Comorbidité dans l'anorexie mentale et la boulimie Composition corporelle Composantes neurosensorielles et hormonales dans l'anorexie mentale Compulsions alimentaires Compulsions alimentaires, protéines et apports nutritionnels Conséquences métaboliques de l'anorexie mentale Diabète de type 1 et troubles alimentaires Hyperactivité physique : une défense contre les émotions Les TCA et l'alexithymie : un syndrome contemporain Épidémiologie des TCA Le mérycisme : aspects cliniques et thérapeutiques Les troubles alimentaires atypiques Les troubles du comportement alimentaire sont-ils une drogue ? Objectif pondéral dans l'anorexie mentale et la boulimie Rôle des facteurs nutritionnels dans le pronostic de l'anorexie mentale Troubles du comportement alimentaire et conduites addictives Troubles anxieux, TOC et TCA Troubles obsessionnels compulsifs de l'enfant et de l'adolescent TCA et alimentation végétarienne
Cas clinique et complications Traitement Autre TCA Les études scientifiques
Obésité Nutrition Alimentation

Composition corporelle


Pr D. RIGAUD - CHU Dijon

1. La mesure du seul poids ne suffit pas

Dans la dénutrition :

1. le poids sous-estime la perte de masse cellulaire, du fait de l'augmentation de l'eau extra et intra-cellulaire,

2. la perte de poids peut intéresser principalement la masse grasse ou la masse maigre,

3. au cours de la renutrition, la variation du poids peut être le fait de variation des secteurs hydriques. En effet, l'eau totale représente 60 % du poids du corps, un bilan sodé (NaCl) positif de 9 g/j entraîne une prise de poids corporel de 1 kg (un litre d’oedèmes).

En cas de surpoids ou d’obésité :

1. La rétention hydro-sodée est fréquente : troubles veineux, hyperinsulinisme
2. En cas de régime restrictif, les premiers kg perdus sont de l’eau (extra-cellulaire) : 2 à 4 kg, voir beaucoup plus en cas d’obésité massive (10 à 15 kg)
3. A la sortie de ces régimes, les premiers kg repris sont de l’eau !

Pour toutes ces raisons, il faut connaître la composition corporelle.

Le corps peut être assimilé à un organisme à plusieurs compartiments :

Masse maigre : os, muscles et viscères, eau

Masse grasse : périphérique et profonde

Voir compartiments corporels

1. Mesure de la composition corporelle

La composition corporelle peut être estimée par impédancemétrie et absorptiométrie biphotonique.

1- L’impédance bioélectrique : D’un coût relativement modéré, elle est simple à mettre en oeuvre, faisable en toute circonstance et reproductible. Elle a été validée chez le sujet sain. Les différents appareils d’impédance donnent soit la masse grasse, la masse maigre et l'eau extra cellulaire (basses fréquences), soit ces masses et l'eau intra cellulaire (basse et haute fréquences).

Ce que mesure l'impédance, c'est l'eau.
A haute fréquence, on a l'eau totale.
A basse fréquence, l'eau extra-cellulaire.

On en déduit la masse non grasse (incluant os, eau intersticielle et plasmatique), puis par soustraction du poids corporel, la masse grasse.

Le principe est le suivant : le courant alternatif circule uniquement dans la masse maigre, qui contient des électrolytes. A haute fréquence (plusieurs centaines de kHZ), il franchit la membrane et mesure l’eau totale. A faible fréquence (<10 kHZ), il ne la franchit pas et mesure l’eau extra-cellulaire.

L’impédance donne des résultats cohérents, sauf dans les dénutritions ou les obésités majeures (IMC < 14 kg/(m)2 ou IMC > 40 kg/(m)2) et lorsque la rétention hydro-sodée est soit massive soit localisée dans l’abdomen (ascite, pleurésie).

2- L’absorptiométrie biphotonique : Elle identifie masse maigre, masse grasse et masse osseuse. En revanche, elle ne mesure pas l’eau. Elle donne des renseignements très fiables, avec une bonne sensibilité. Elle permet des mesures segmentaires.

Elle mesure l’émission liée à la mise en résonance des noyaux des atomes hydrogènes de l’eau et de la graisse. Elle peut reconnaître et localiser de la graisse au sein d’un muscle par exemple.

L’irradiation qu’elle implique est faible. Elle est onéreuse.

Compartiments corporels

Compartiment Poids (%) Fonctions Energie
associée
Masse maigre * 70-80    
Os 8-10 Soutien 0
Muscles 30-40 Déplacements, internes
(muscles lisses) et externes
8 000 kcal
(dont glycogène : 1200 kcal max.)
Viscères 30-40 Fonctions internes 0
Eau intra-cellulaire 30-40 Echanges 0
Eau extra-cellulaire 20-30 Circulation 1000
dont plasmatique 3-4 Circulation 350
interstitielle 18-26 Echanges plasma-cellules 650
Total eau 60-70    
Masse grasse 20-30   10 à 15 kg
de revêtement 12-20 (6-12 kg) Isolement (tdermique, mécanique, électrique) 50 000 à 100 000 kcal
profonde 6-10 Echanges énergétiques 30 000 à 50 000 kcal

* La masse maigre inclut ici l’eau extra et intracellulaire.

La masse maigre n’est un " donneur d’énergie et de protéines " que dans certaines limites : la masse musculaire n’est mobilisable qu’à 40-50 %, la masse viscérale beaucoup moins.

COMPARTIMENTS CORPORELS (suite)

Figure 1 : Composition corporelle normale

anorexie_composition_corporelle.png

Les valeurs indiquées sont indicatives. La " masse maigre " mesurée par les plis cutanés et l’impédance est l’ensemble eau + os + viscères + muscles (c’est une masse " non grasse ").

 

Publié en 2006