Association Autrement / Côte d'Or / Dijon / Troubles du comportement alimentaire, anorexie mentale, boulimie

bas de page

Anorexie, boulimie, compulsions alimentaires : l'association peut vous aider à voir les choses Autrement

Anorexie mentale et boulimie
Définition, symptômes et maladies associées Causes et mécanismes
Anorexie mentale et boulimie : caractéristiques mentales De l'anorexie à la boulimie Anorexie mentale, boulimie et prise de poids : la panique ! Anorexie mentale et boulimie : la peur au ventre Anorexie mentale et boulimie : une quête d'identité Anorexie mentale, boulimie et le conflit Anorexie mentale, boulimie et confiance en soi Anorexie mentale, boulimie et estime de soi Anorexie mentale et boulimie : nos émotions Anorexie mentale, boulimie et la fratrie Anorexie, boulimie et obésité : le rôle et la place des parents Comment expliquer la perte de poids Culpabilité dans l'anorexie mentale et la boulimie Culpabilité : cause ou conséquence dans les TCA ? Boulimie : mécanisme Conduites de dépendance et troubles du comportement alimentaire Echec et image de soi dans l'anorexie mentale Anorexie mentale, boulimie et image de soi Insécurité et troubles du comportement alimentaire Féminité et trouble du comportement alimentaire Le déni dans l'anorexie mentale Leptine et anorexie mentale Manger ne fait pas grossir Mécanismes des troubles alimentaires Trouble du comportement alimentaire : un mal tourné contre soi
Descriptions et complications Etudes scientifiques Traitement Autour des TCA
Obésité et compulsions alimentaires Diététique & Nutrition

Anorexie mentale, boulimie et confiance en soi


Pr D. RIGAUD, Président de Autrement

 

La confiance en soi est l’aptitude à se croire capable de faire des choses. Mais c’est aussi celle de se croire capable de se faire aimer par les autres.

Le sentiment de confiance en soi repose à la fois :

  • sur des éléments quantitatifs (« combien de choses est-on capable de faire ? »)
  • et sur des éléments qualitatifs (« quel niveau de capacité a-t-on ? »).

La confiance en soi est un sentiment. C’est ce que la personne croit être capable de faire et non pas seulement ce qu’elle est capable de faire.

La confiance en soi est une perception positive : elle donne de la satisfaction et elle rassure. Le manque de confiance en soi recouvre donc une perception négative : état dépressif, peur, angoisse.

La confiance en soi est donc une réponse à la fois objective et subjective à une question « suis-je en mesure de faire les choses ? ». Voici un exemple :

Si une personne pense à ce qu’elle pourrait, en théorie, savoir-faire, elle verra forcément qu’il y a des millions de choses qu’elle pourrait savoir et qu’elle ne saura au mieux en faire que « un pour cent ». Ce « un pour cent » est… beaucoup au regard de ce que font les autres et fort peu en pourcentage. Elle peut en effet se dire qu’elle devrait savoir conduire un avion et une voiture, fabriquer un ordinateur et construire un arc en bois pour son fils, sauter en parachute et sauter à la corde, tuer un poulet et un éléphant, taper dans une balle de golf et gagner un prix de formule 1…. Et j’en oublie des milliers ! Ce que l’on a à savoir, à savoir faire, à savoir être au monde, dans toute une vie, est immense, incommensurable et ce que l’on sait faire est, en regard, tout petit, minuscule !

La confiance en soi est inversement proportionnelle au degré de liberté : plus je suis libre de faire tout ce que je veux, moins je me sens capable. Il est plus facile de décider une seule chose par mois que mille ! C’est au demeurant sûrement une raison qui fait que le manque de confiance vient avec l’autonomie individuelle, celle que l’on acquiert (ou pas) à 3-5 ans et celle que l’on rencontre à l’adolescence.

La confiance en soi est intimement liée à la confiance que les autres nous accordent. C’est pourquoi on peut manquer de confiance en soi aussi bien quand nos parents nous ont dit « tu es nulle, tu ne sais rien faire, tu es incapable » que quand nos parents nous entourent d’amour mais font tout à notre place. Un enfant qui a grandi dans la rue et a appris à s’en sortir tout seul a parfois plus de confiance en lui qu’un jeune adulte que ses parents ont remplacé dans toutes les décisions importantes.

La confiance en soi est intimement liée à la « mécanique » sensitivo-motrice au niveau du cerveau. Pour dire les choses simplement, il faut que la personne sente (par exemple, une odeur ou une émotion en elle), agisse en conséquence, sente le changement, réajuste son acte, constate les modifications à la fois sur elle et sur les autres et conclut. Ceci explique pourquoi on peut tisser du manque de confiance en soi tout autant avec des parents indifférents (on n’existe pas pour eux) qu’odieux (qui vous dénigrent). Pour qu’un enfant apprenne à réussir quelque chose, il faut qu’il constate à la fois le plaisir que ses parents ont quand il y arrive et le déplaisir affectueux qu’ils montrent quand il échoue ! C’est vrai aussi pour les adultes, mais les personnes qui « fabriquent de la confiance » se multiplient : un chef, un mari, un entraîneur, un « maître ». S’ils ne montrent aucune émotion ou réaction à ce que je fais (dis), je risque de manquer de confiance en moi autant que s’ils disent que je suis nulle !

La confiance en soi est intimement liée à l’affection qu’on nous porte. L’enfant de 2-4 ans doit apprendre des choses « complètement stupides », tant elles sont faciles pour un adulte : se mettre debout, marcher, tenir sa cuillère, manger tout seul, allumer la lumière, enlever ses chaussures… Seul l’amour de ses parents le pousse à le faire et seule la satisfaction qu’il voit dans leurs yeux l’amène à penser qu’il PEUT LE FAIRE. Les animaux et les humains acquièrent de la confiance en soi par l’amour autant que par le savoir. Quand on se coupe des autres (ou que le TCA vous coupe des autres), on perd mécaniquement sa confiance en soi.

Au fond, la confiance en soi est aussi la capacité de demander à l’autre une aide pour faire les choses : ex. : que serait un médecin hospitalier sans infirmières et aides-soignantes ? Que serait un grand patron de l’industrie sans ouvriers ?

1. Comment fabriquer de la confiance en soi ?

La confiance en soi est un point de vue sur les choses et sur soi-même. Socrate disait « Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien. Mais je cherche ! ». Or, Socrate est quelqu’un de bien !!!

  • En 1er lieu, fabriquer de la confiance en soi  consiste à… ne pas se poser la question !! La solution est de faire ce qu’on a à faire. Mais j’admets que la question peut se poser « toute seule » dans notre tête ! Alors opposons-lui : « ce n’est pas le problème ».
  • En 2ème lieu, il faut se dire que l’important est de faire, car le savoir-faire passe par le faire et pas par le savoir. Je ne peux pas « savoir faire du vélo » avant d’en avoir fait. Il faut même en avoir fait beaucoup, pour savoir en faire. 

Acquérir de la confiance en soi quand on souffre de TCA oblige à s’imposer des règles :

  1. Je ne me pose pas la question de savoir si je sais manger : à ce stade, je ne sais pas (en fait, je ne sais plus). Mais je peux apprendre.
     
  2. Je ne me pose pas la question de savoir où je vais : je fais confiance aux thérapeutes.
     
  3. Je repousse ma peur. Ma peur est avant tout la peur d’échouer. Donc je me dis « Je ne sais pas si je vais y arriver, mais, ce que je sais, c’est que j’y travaille ! ».
     
  4. Je ne me pose pas la question de savoir ce qu’il y a après : je verrais quand j’y serai, car le docteur a dit qu’il n’y avait pas de monstre là-bas !
     
  5. Je me donne le droit à l’erreur : pour avoir confiance en soi, il faut être sûr qu’il est possible à tout le monde d’échouer. Même le meilleur joueur de tennis du monde perd des matchs, même le président des USA est dénigré, même le philosophe le plus intelligent est décrié.
     
  6. Je me dis qu’aucun choix n’est définitif. Pour retrouver confiance en soi, il faut se dire que même si l’on fait le mauvais choix maintenant, on pourra faire le bon plus tard.
     
  7. Je travaille au jour le jour : « ce repas, je le finis, les autres on verra » ou bien « cette crise, je ne la fais pas, celles de demain, on verra ».
     
  8. Je m’explique aux autres : pour eux, mon anorexie, ma boulimie, ma compulsion alimentaire, c’est du chinois. Alors, mon boulot, c’est de leur apprendre le chinois ! « Je vous explique » est la phrase qui permet de retrouver de la confiance en soi. Ne serait-ce que parce que si on se sent compris(-se), on se sent mieux aimer et on a plus confiance en soi !

Conclusion : Le plus drôle, c’est que quand on a confiance en soi, on ne se pose pas la question. Pour acquérir ce subtile rapport avec soi-même, il faut s’entourer (de ceux qui vous aiment), être dans une relation de ressenti et d’action « je sens que je fais et je fais ce que je sens » et avancer pas à pas, comme un enfant qui vient de naître.

 

CITATIONS

Les plus petites de nos actions sont toujours meilleures
que les plus nobles de nos intentions. 

Robin Sharma

On peut toujours plus que ce que l’on croit pouvoir.

Joseph Kessel

Ils peuvent parce qu’ils pensent qu’ils peuvent.

Virgile

Un défaut qui empêche les hommes d’agir,
c’est de ne pas sentir de quoi ils sont capables.

Jacques-Bénigne Bossuet

On peut toujours plus que ce que l’on croit pouvoir.

Joseph Kessel

 

Publié en 2015